USA: fin du déclin des reventes de logements

AWP

1 minutes de lecture

Leur nombre est resté à 5,34 millions en rythme annualisé et en données des variations saisonnières, comme en juillet. Mais les analystes tablaient sur un rebond.

Les reventes de logements aux Etats-Unis ont stagné en août après avoir décliné pendant quatre mois de suite, a indiqué jeudi l’Association nationale des agents immobiliers américains (NAR).

Leur nombre est resté à 5,34 millions en rythme annualisé et en données des variations saisonnières, comme en juillet. C’est leur plus faible niveau depuis février 2016.

Ces chiffres sont inférieurs à ce que prévoyaient les analystes qui tablaient sur un rebond des reventes à 5,37 millions.

Les ventes de logements anciens représentent en volume environ 80% des transactions immobilières aux Etats-Unis.

Les reventes de logements se sont aussi inscrites en repli par rapport à août 2017 (-1,5%).

Lawrence Yun, économiste en chef de la NAR, estime que le déclin des transactions a semblé atteindre un plateau grâce à des ventes régionales solides.

«Le Nord-Est a enregistré une forte progression des ventes et, il y a eu dans le Midwest une hausse modérée. Cela a compensé les reculs dans le Sud et l’Ouest». Il a estimé dans un communiqué qu’avec «une stabilisation des stocks, les acheteurs paraissent revenir sur le marché».

La chute de l’activité depuis plusieurs mois a été attribuée à une trop rapide hausse des prix des maisons qui sont devenues inabordables pour de nombreux primo-accédants à la propriété et a réduit la demande.

Le mois dernier, les ventes de maisons individuelles sont restées à 4,75 millions en rythme annuel et sont en repli de 1% sur un an.

Le prix médian d’un pavillon est de 267’300 dollars, un peu en recul sur son niveau de juillet, mais en hausse de 4,9% sur douze mois.

Les ventes d’appartements anciens ont représenté 590’000, en repli de 2% sur un an. Leur prix médian est de 244.500 dollars, en hausse de 2% sur un an.

Selon l’économiste de la NAR, les prix d’entrée restent élevés auxquels s’ajoute la montée des taux d’intérêt.

«La hausse des taux d’intérêt ainsi que le prix élevé des maisons et le manque de stocks continuent à pousser les foyers, qui investissent dans l’immobilier pour la première fois, à sortir du marché», a indiqué M. Yen.

Les taux des crédits immobiliers, qui se redressent lentement depuis un an alors que la Fed relève progressivement ses taux d’intérêt au jour le jour et qu’elle devrait encore le faire la semaine prochaine, ont progressé à 4,55% contre 4,53% en juillet pour le prêt à 30 ans, référence sur le marché américain.