Un ex-conseiller réclamerait 34 millions de dollars à Julius Baer

AWP

1 minutes de lecture

Selon la Handelszeitung, l’ancien employé reproche à la banque de l’avoir licencié de manière abusive dans le cadre de l’affaire PDVSA.

Un ancien conseiller clientèle de Julius Baer réclame 34 millions de dollars à la banque privée zurichoise. Ce conseiller a été condamné à 10 ans de prison aux Etats-Unis en relation avec un cas de corruption autour du groupe pétrolier vénézuélien PDVSA. Il reproche à la banque de l’avoir licencié de manière abusive, a rapporté la Handelszeitung dans son édition à paraître jeudi.

La plainte est traitée par le tribunal du travail de Caracas. Une demande transmise à la banque par AWP n’avait pas eu de réponse mercredi soir. Selon la Handelszeitung, un porte-parole de l’institut zurichois a affirmé que celui-ci conteste énergiquement cette «prétention sans fondement».

L’ancien conseiller a été condamné à 10 ans de prison en octobre 2018 aux Etats-Unis. Durant son procès il avait admis avoir aidé à soustraire environ 600 millions de dollars de PDVSA à partir de 2014.

L’affaire a eu un prolongement en Suisse. Jeudi passé, l’autorité de surveillance des marchés financiers Finma a reproché à Julius Baer de graves manquements, constatés entre 2009 et début 2018, dans le contexte de soupçons de corruption en lien avec le groupe pétrolier étatique Petróleos de Venezuela (PDVSA) et avec la Fédération internationale de football association (Fifa).

La Finma a invité Julius Baer à adopter des mesures efficaces pour assurer ses obligations juridiques sur le blanchiment d’argent et à procéder à une mise en oeuvre complète des initiatives déjà engagées.

Julius Baer devra aussi revoir sa politique de recrutement et de gestion des conseillers à la clientèle, ainsi que ses directives en matière de rémunération et de sanction.

Dans l’attente du rétablissement de l’«ordre légal», Julius Baer se voit enfin interdire de procéder à toute acquisition d’entreprise importante. Un mandataire indépendant sera désigné par la Finma pour contrôler la mise en place des mesures requises.