Enfin se rapprocher les uns des autres - Week Ahead de Allianz GI

Hans-Jörg Naumer, Allianz Global Investors

2 minutes de lecture

Le débat sur le déficit budgétaire de l'Italie a enfin gagné du terrain, ce qui a ravi les marchés.

Leurs positions se rapprochent donc: le gouvernement en Italie et la Commission à Bruxelles. Le débat sur le déficit budgétaire de l'Italie a enfin gagné du terrain, ce qui a ravi les marchés. La prochaine question est la suivante: la Réserve fédérale américaine (Fed) va-t-elle continuer à relever son taux directeur à la hausse, comme prévu, ou la volatilité des marchés financiers au cours des dernières semaines va-t-elle conduire à plus de calme et de patience que ce qui est encore prévu actuellement? Mercredi dernier, le président de la Fed, Jérôme Powell, n'a pas dit grand-chose à ce sujet dans son allocution.

La volatilité des marchés serait également une mauvaise raison de le faire. Un «put de banque centrale» n’est pas le bon signal car il fausse l’évaluation du risque par les investisseurs et peut conduire à des erreurs d’évaluation, notamment sur les marchés boursiers. La banque centrale américaine n’aurait pas non plus de raison d’adopter une attitude plus audacieuse d’attentisme. Au contraire, les données de l’économie américaine de ces derniers jours, qui indiquent une tendance réflationniste, parlent d’elles-mêmes. Alors que l’Europe continentale est dans une phase tardive du cycle économique (comme l’Ifo Business Climate Index pour l’Allemagne nous l’a récemment rappelé) et que les indicateurs sont en baisse, l’économie américaine est soutenue par des mesures fiscales au mauvais moment.

Nous maintenons notre point de vue: en 2019, la Fed aura tendance à relever les taux d’intérêt plus que prévu plutôt que moins que prévu. Il restera en mouvement.

Reste la question non résolue: la Chine et les États-Unis se rapprochent-ils l'un de l'autre dans le différend commercial? Le sommet du G20 à Buenos Aires serait un moment opportun pour cela, car les marchés vont commencer la nouvelle semaine avec ses résultats. Des signes de détente dans le conflit commercial réduiraient les risques économiques et devraient donner une impulsion aux marchés. Ce n'est pas une perspective irréaliste, malgré la rhétorique contradictoire du Bureau ovale à la veille de la réunion. En fin de compte, les différends commerciaux sont une situation perdant-perdant pour toutes les parties concernées. Augmenter d'abord la pression afin d'aboutir à une issue positive des négociations serait également une stratégie.

En plus de la politique de haut niveau, un certain nombre d'indicateurs économiques devraient être publiés au cours de la semaine prochaine, ce qui devrait entraîner un certain mouvement. A cet égard, l'accent est mis principalement sur les indicateurs avancés, en particulier les indices des gestionnaires d'achats. Le PMI Caixin Manufacturing pour la Chine (lundi) lancera le bal. Récemment, elle s'est efforcée de rester au-dessus du seuil d'expansion de 50 et il ne serait pas surprenant qu'elle tombe en dessous de ce niveau. Le même jour, l'indice ISM Purchasing Managers' Index pour les États-Unis sera également publié. Récemment, il s'est légèrement replié, mais il s'agit davantage d'un problème de luxe, car il se situe plus que confortablement au-dessus du seuil d'expansion ; en outre, un refroidissement peut également être interprété comme un relâchement de la pression inflationniste. D'autres indices des directeurs d'achat de la zone euro devraient être publiés à partir de mercredi. Les nouvelles commandes de l'industrie allemande seront alors à l'honneur jeudi. Le PIB allemand a subi un recul au troisième trimestre et il reste maintenant à voir s'il ne s'agit pas d'un simple blip. En revanche, le maintien des demandes d'allocations de chômage aux États-Unis (également jeudi) ne devrait pas constituer un événement, compte tenu de la bonne situation du marché du travail. Il en va de même pour l'indice de confiance des consommateurs américains de l'Université du Michigan, qui est attendu vendredi. Selon cette mesure, les consommateurs américains ressentent une euphorie qui rappelle les années de prospérité du début du millénaire. Une baisse plus forte serait une véritable surprise.

En mouvement

Dans l'ensemble, la semaine s'annonce mouvementée et promet d'être riche en surprises (positives). Les risques géopolitiques sont largement connus. S'il y avait un relâchement des tensions à cet égard, et s'il n'y avait pas de résurgence de la crise ukrainienne en même temps, cela n'aurait pas encore été évalué par les marchés. Bien que la situation technique reste fragile, les pessimistes ont déjà le dessus. C'est généralement un bon contre-indicateur.
(Suivez mon conseil et) continuez d'avancer