Sous pression - Week Ahead de Allianz Global Investors

Greg Meier, Allianz Global Investors

2 minutes de lecture

La récente baisse des commandes mondiales d’exportations de produits manufacturés laisse présager de futurs vents contraires.

Le 1er décembre, le président américain Trump et le président chinois Xi doivent se rencontrer en marge du sommet du G20 à Buenos Aires, en Argentine. Ils discuteront de la politique du commerce international et de la question de savoir si les deux plus grandes économies du monde peuvent résoudre leurs différends. Les retombées de leur conflit deviennent de plus en plus tangibles – et généralisées. Environ 2,5% des importations mondiales sont déjà touchées et, alors que l’économie mondiale ralentit, les pays tributaires du commerce subissent des pressions. La récente baisse des commandes mondiales d’exportations de produits manufacturés laisse présager de futurs vents contraires.

La réunion de Buenos Aires offre trois résultats possibles:

  1. Un accord mettant fin à la guerre commerciale;
  2. Un accord temporaire visant à accélérer les négociations et à mettre fin aux escalades;
  3. A une impasse.

Les marchés devraient accueillir les deux premières options, mais la troisième semble plus probable. Le président Xi aura peut-être du mal à réaliser ses ambitions stratégiques à long terme s’il adhère aux changements de politique industrielle demandés par les Américains.

Le ralentissement de la croissance mondiale fait partie des nombreux facteurs qui ont contribué à faire baisser les prix du pétrole. Parmi les autres catalyseurs, on peut citer l’ouverture de l’offre de l’OPEP avant les sanctions iraniennes, des levées surprise des sanctions, la hausse des stocks et de la production de pétrole américains et le raffermissement du dollar américain. (Voir notre tableau de la semaine). D'un point de vue économique, si le pétrole moins cher freine l'inflation et les investissements énergétiques, il devrait également soutenir les dépenses de consommation. La production pourrait être réduite lorsque l’OPEP se réunira le 6 décembre.

Au-delà des prochaines réunions internationales, plusieurs événements économiques sont à l'ordre du jour. Dans la semaine à venir, les investisseurs allemands recevront des informations sur le climat des affaires locales (lundi), la confiance des consommateurs (mardi), le chômage et l'inflation (jeudi). L'économie allemande s'est contractée au troisième trimestre en raison de la faiblesse des secteurs de l'automobile et de la vente au détail. Alors que le chômage est au plus bas, les pressions sur les prix se sont intensifiées et la confiance des entreprises s'est effondrée.

En Asie, le Japon et la Chine seront à l'honneur. Le Japon est confronté à des conditions qui ne diffèrent pas de celles de l’Allemagne. Les deux économies sont axées sur les exportations, le chômage est faible et l’inflation est en hausse et, comme l’Allemagne, le Japon a connu une contraction de son économie au dernier trimestre. Les données à venir permettront de comprendre s'il s'agit ou non d'une faiblesse ponctuelle, les commandes pour la vente au détail, la production industrielle et la construction devant être publiées (jeudi et vendredi). En Chine – peut-être le pays qui souffre le plus des tensions commerciales – les investisseurs disposeront d'informations sur les secteurs de la fabrication et des services (vendredi). Tous deux se sont affaiblis au cours des derniers mois, le secteur manufacturier en particulier se rapprochant de la contraction.

De l’autre côté de l’océan Pacifique, l’antagoniste de la Chine dans la guerre commerciale – les États-Unis – semble en bonne forme. Les estimations consensuelles indiquent une accélération de l'activité économique nationale (lundi), une confiance des consommateurs plus faible mais toujours élevée (mardi), une hausse du PIB du troisième trimestre (mercredi), une reprise des ventes de logements neufs (mercredi) et des gains de revenus personnels et dépenses (jeudi). À quelques minutes de la dernière décision de la Réserve fédérale, il est probable que le marché du travail sera très dynamique, alors que la pression sur les prix augmentera progressivement (jeudi).

Prendre en compte les techniques

D'un point de vue technique, la probabilité d'un rebond en fin d'année s'estompe, les flux passifs entraînant une volatilité à la baisse du marché. Bien que les investisseurs semblent toujours relativement détendus, la pression de vente récente constitue un défi pour les tendances établies à long terme et la mentalité d’achat immédiat. Nous vérifions si des conditions de survente à court terme pourraient signaler un renversement de tendance.