America First - Week Ahead de Allianz Global Investors

Greg Meier, Allianz Global Investors

2 minutes de lecture

Des enquêtes récentes auprès des gestionnaires de fonds montrent que la «guerre commerciale» est le principal «risque marginal» auquel sont confrontés les investisseurs.

Le président Trump a triomphé dans la victoire électorale de 2016 en s'engageant à placer «l'Amérique en premier». Cette vision se reflète maintenant dans la dynamique de la croissance mondiale, la performance des marchés boursiers au niveau des pays et le positionnement des investisseurs. Parmi de nombreux indicateurs, alors que les États-Unis se sont accélérés, les conditions internationales se sont détériorées.

Cela pourrait continuer. Des enquêtes récentes auprès des gestionnaires de fonds montrent que la «guerre commerciale» est le principal «risque marginal» auquel sont confrontés les investisseurs. La Chine est actuellement au centre des préoccupations, où les autorités ont réagi aux tarifs douaniers américains en annulant les importations de produits essentiels – notamment le soja américain et le pétrole brut – et en lançant un programme de relance budgétaire et monétaire à multiples facettes. Les deux plus grandes économies du monde semblent se préparer à une lutte prolongée.

Dans ce contexte, les conclusions de l'équipe économique et stratégique d'AllianzGI montrent que l'économie mondiale continue de se développer à un rythme supérieur à son potentiel. Mais la croissance ralentit. Les risques de dégradation ont augmenté à mesure que les divergences régionales devenaient plus apparentes et que les vents contraires géopolitiques se durcissaient. Celles-ci comprennent – non seulement les échanges commerciaux entre les États-Unis et la Chine – mais aussi des préoccupations concernant le budget de l’Italie, la possibilité d’un Brexit désordonné et les risques financiers et économiques grandissants dans le monde émergent. Les analystes ont réagi à la faiblesse récente des données en Europe, au Japon et dans les marchés émergents en réduisant leurs prévisions de croissance mondiale (voir notre graphique de la semaine).

La semaine à venir

La semaine à venir sera inondée de nouvelles données sur les bénéfices et l’économie. Du point de vue des bénéfices, les investisseurs voudront savoir si le ralentissement des relations commerciales mondiales a eu une incidence sur les bénéfices des entreprises. Même aux États-Unis, où l'électorat est passé au protectionnisme, certaines entreprises ont exprimé leur inquiétude face à la hausse des coûts d'importation et au ralentissement des ventes à l'étranger. C’est important car au cours de l’année écoulée, les bénéfices des entreprises ont été l’un des principaux moteurs des rendements sur le marché américain: le S&P 500 a affiché une moyenne de gains de 1,6% au cours des mois avec un calendrier de reporting très chargé, mais seulement de 0,2% au cours des mois précédents.

Des tensions commerciales peuvent également apparaître dans les données économiques de la semaine. Mercredi, par exemple, des enquêtes sur les directeurs d’achat pour les secteurs de la fabrication et des services de la zone euro seront publiées. Selon des estimations consensuelles, la décélération se poursuivra, en partie à cause des incertitudes géopolitiques et du ralentissement du commerce international. La confiance des consommateurs de la zone euro (publiée mardi) pourrait chuter à un nouveau creux de quinze mois.

De l’autre côté de l’Atlantique, l’économie américaine est en plein essor. Les demandes de chômage restent probablement au plus bas niveau depuis 1969 (jeudi), alors que le PIB du troisième trimestre pourrait avoir augmenté de 4% environ, selon les dernières prévisions GDPNow de la Réserve fédérale d'Atlanta (vendredi). Le 31 octobre, les États-Unis achèveront leur 112e mois de croissance consécutive, la deuxième plus longue expansion de leur histoire. Cependant, alors que le président de la Réserve fédérale, M. Powell, estime que le cycle actuel pourrait se poursuivre «indéfiniment», d'ici à la fin de 2019, le chômage, la croissance du PIB et l'inflation fondamentale devraient être au-delà de la neutralité, ce qui suggère un risque de surchauffe.

D'un point de vue technique, alors que le sentiment des marchés laisse espérer une reprise des actions en fin d'année, les investisseurs pourraient être surpris par une volatilité accrue. Aux États-Unis, les titres du Trésor sont maintenant dans un marché baissier. Le dollar américain suit les taux d'intérêt américains à la hausse, ce qui crée des vents contraires pour certains pays à marché émergent. Les aspects techniques dans l’espace des matières premières vont de pair avec de nouvelles améliorations, avec des prix du pétrole dans une tendance haussière durable et des métaux industriels essayant de s’effondrer.