L'or progresse légèrement, le palladium bat un record

AWP

1 minutes de lecture

Sur le London Bullion Market, l’once d’or valait 1.233,09 dollars vendredi vers 12H35 GMT, contre 1.229,09 dollars le vendredi précédent.

L'or a légèrement progressé sur la semaine, après être monté à un plus haut en trois mois mardi dans un marché se rabattant sur les actifs refuges.

Le palladium est resté stable, même s'il a battu un record en début de semaine, avant de retomber. L'argent et le platine ont légèrement baissé.

Mardi, l'or a atteint 1.240,07 dollars l'once, un plus haut depuis la mi-juillet, alors que «les sorties de capitaux des marchés actions américains et l'aversion aux risques dominent les marchés», ont expliqué les analystes d'ActivTrades.

Les Bourses mondiales ont connu ces derniers jours un épisode de forte volatilité. Mercredi, Wall Street a lourdement chuté et le Nasdaq a connu sa pire séance depuis 2011. Depuis, les Bourses mondiales ont connu des rebonds, mais également de nouvelles chutes.

Selon Jameel Ahmad, analyste pour FXTM, «le plus gros risque de baisse pour l'or (...) serait que les marchés actions retrouvent leur élan».

«Cela réduirait l'appétit pour les valeurs refuges», comme le métal précieux, a-t-il poursuivi.

L'or a en effet tendance à s'apprécier en période d'incertitudes économiques et politiques, alors qu'actuellement, «les investisseurs sont effrayés par la hausse des risques au sein de l'Union européenne (...) et les tensions avec l'Arabie saoudite», ont souligné les analystes d'ActivTrades.

Le palladium, de son côté, a grimpé en début de semaine et a battu mardi son record historique atteignant 1.151,96 dollars l'once et dépassant son précédent plus haut de mi-janvier.

Cette brusque poussée s'explique notamment «par l'inquiétude de nouvelles sanctions visant la Russie, le premier producteur mondial de palladium (avec environ 39% de la production, ndlr) », a souligné Giovanni Staunovo, analyste pour UBS.

Donald Trump a déclenché une tempête diplomatique samedi dernier en annonçant sa décision de retirer les États-Unis du traité sur les armes nucléaires de portée intermédiaire INF (Intermediate Nuclear Forces Treaty) conclu avec la Russie en 1987, pendant la Guerre froide.

De plus, le marché du palladium est «actuellement très illiquide», selon les analystes de Commerzbank, ce qui contribue à créer de forts mouvements sur les cours.

Le métal précieux n'a néanmoins pas réussi à conserver ses gains, les effaçant progressivement à partir de mercredi.

Le platine, lui, a légèrement baissé sur la semaine, et restait sous pression alors qu'il a perdu plus de 11% depuis le début de l'année.

«Les ventes de véhicules diesel continuent de nettement baisser alors que les autorités cherchent à interdire ce type de voitures dans les grandes villes», ont ainsi relevé les analystes d'UniCredit en évoquant le métal particulièrement utilisé dans les catalyseurs de véhicules diesel.

Mercredi, la justice allemande a par exemple ouvert la voie à une nouvelle interdiction de circulation des vieux diesels à Mayence, après Stuttgart, Francfort et Berlin.

Enfin, concernant l'argent, celui-ci a également légèrement baissé en fin de semaine.

Sur le London Bullion Market, l'once d'or valait 1.233,09 dollars vendredi vers 12H35 GMT, contre 1.229,09 dollars le vendredi précédent vers 13H10 GMT.

L'once d'argent valait 14,62 dollars, contre 14,70 dollars il y a sept jours.

Sur le London Platinum and Palladium Market, l'once de platine s'échangeait à 824,95 dollars, contre 835,26 dollars sept jours plus tôt.

L'once de palladium valait pour sa part 1.088,89 dollars, contre 1.086,91 dollars à la fin de la semaine précédente.