Des actionnaires américains assignent Danske Bank en justice

AWP

1 minutes de lecture

Ils accusent l’établissement danois et ses dirigeants d’avoir dissimulé la véritable situation de la société.

Des actionnaires américains ont assigné en justice la banque danoise Danske Bank et plusieurs de ses dirigeants actuels ou anciens, qu’ils accusent d’avoir dissimulé la véritable situation de la société, en lien avec sa filiale estonienne.

L’établissement danois est sous le coup de plusieurs enquêtes judiciaires concernant cette affaire et a fait l’objet d’une inculpation préliminaire par le parquet financier de Copenhague, fin novembre.

Il lui est reproché d’avoir utilisé sa petite filiale estonienne pour faire transiter, de 2007 à 2015, quelque 200 milliards d’euros via les comptes de clients ne résidant pas en Estonie.

Les enquêtes ont fait apparaître que tout ou partie de cette somme serait de provenance douteuse, essentiellement russe.

Le fonds de pension des plombiers et chauffagistes membres du syndicat Local 773, situé dans l’Etat de New York, à l’origine de l’assignation, reproche à la banque et à ses dirigeants d’avoir présenté une image trompeuse de la situation de l’établissement, selon le document de l’assignation, déposé mercredi devant un tribunal civil fédéral de Manhattan.

Selon l’assignation, l’institution financière aurait, tour à tour, gonflé ses résultats grâce aux bénéfices tirés de la filiale estonienne puis masqué longtemps la gravité de la situation de cette entité.

Le fonds a acquis, en juin 2018, plusieurs milliers d’American Depositary Receipts (ADR) de Danske Bank, des certificats qui permettent à une entreprise étrangère d’être cotée aux Etats-Unis sans avoir à se plier aux lourdes exigences réglementaires du pays.

Le fonds les a revendu en septembre à un prix sensiblement inférieur (jusqu’à 23%), le titre ayant souffert des révélations concernant le scandale de la filiale estonienne.

Le fonds de pension a assigné la banque pour son propre compte mais aussi en demandant la validation d’une action de groupe, qui permettrait à tous les actionnaires américains s’estimant lésé de se joindre à la procédure.

Outre la banque elle-même, figurent parmi les mis en cause l’actuel responsable du département gestion de fortune (Wealth Management), Jacob Aarup-Andersen.