GAM subit un recul des volumes plus important que prévu

Communiqué, GAM

1 minutes de lecture

Le groupe zurichois dirigé par Alexander S. Friedman a subi une contraction de la masse sous gestion à fin septembre. La baisse des volumes s’est étendue au-delà des activités non poursuivies.

Le gestionnaire d’actifs GAM poursuit son chemin de croix après la suspension du gérant star Tim Haywood et la liquidation de certains fonds de placement. Le groupe zurichois a subi une contraction de la masse sous gestion à fin septembre plus forte qu’attendue. La baisse des volumes s’est étendue au-delà des activités non poursuivies.

Au terme du troisième trimestre, GAM affichait une masse sous gestion de 146,1 milliards de francs, contre 163,8 milliards à fin juin. L’affaire Haywood a éclaté en juillet.

Le recul imputable aux fonds liquidés ARBF («Absolute-Return-Bond») s’élève à 10,8 milliards, indique mardi GAM. Ce total prend en compte des sorties nettes de 3,2 milliards, la liquidation de capitaux à hauteur de 7,7 milliards et un effet de marché positif de l’ordre de 0,1 milliard.

La masse sous gestion de ces véhicules de placement s’élevait à 0,2 milliard à fin septembre. La liquidation totale devrait intervenir dans les prochains mois, selon le communiqué.

Le groupe zurichois est dans l’oeil du cyclone depuis cet été après la suspension de M. Haywood. Un lanceur d’alerte est à l’origine de l’affaire. C’est lui qui a signalé des irrégularités dans la gestion des risques et la documentation. GAM a été contraint de liquider les fonds ARBF au prix d’importantes sorties d’argent.

Dans la division Investment Management, les actifs sous gestion ont reculé à 66,8 milliards, à comparer aux 84,4 milliards trois mois plus tôt. Les produits en marque blanche («Private Labelling») ont totalisé un volume de 79,3 milliards, pratiquement stable par rapport au dernier pointage (79,4 milliards). Toutes ces valeurs manquent les prévisions du consensus AWP.

Au troisième trimestre, GAM a enregistré un reflux net d’argent de 8,1 milliards de francs, dont -8,5 milliards pour Investment Management et des entrées de 0,4 milliard pour Private Labelling. Les analystes s’attendaient à des reflux plus importants. En revanche, Private Labelling manque le coche.

Les sorties imputables aux fonds non-ARBF s’élèvent à 5,3 milliards.

GAM s’attend à la poursuite de condition difficiles sur les marchés financiers.