Focus sur un fonds Templeton

Matias Möttölä, Morningstar

1 minutes de lecture

Une stratégie qui diffère d’un fonds d'allocation modérée typique et gérée par Michael Hasenstab est déconseillée aux investisseurs.

Templeton Global Income utilise un processus de construction de portefeuille douteux et a subi des erreurs d'exécution.

Il obtient des notes des analystes Morningstar «Neutral» pour ses parts les moins chères et «Negative» pour ses parts les plus chères.

Cette stratégie, qui est commercialisée sous le nom de Templeton Global Balanced aux États-Unis, diffère d'un fonds d'allocation modérée typique car elle combine une enveloppe de titres «value» indifférenciée avec une large enveloppe de titres de dette émergente.

Michael Hasenstab, directeur des investissements au sein du groupe macroéconomique mondial réputé chez Templeton, gère cette stratégie depuis 2005.

Son approche à forte conviction, parfois à contre-courant, est particulière, mais ici elle a accru sa volatilité car elle était fortement exposée au risque de taux et de change des marchés émergents et a eu tendance à sous-performer les obligations de meilleure qualité dans des conditions de marché dominées par l’aversion au risque.

En tant que tel, cette poche obligataire n’a pas servi d’amortisseur à la poche actions, qui peut représenter jusqu’à 75% des actifs du fonds.
Depuis sa création en 2005, l’écart type du fonds a été supérieur de 2,6 points de pourcentage à la catégorie Morningstar des fonds d’allocation modérée en USD et son risque à la baisse a été environ 30% plus élevé.

La répartition actions/obligations a oscillé autour de 65%/35% au cours de la dernière décennie, mais les gérants ont réduit le risque du portefeuille au premier trimestre 2020, réduisant les actions à environ 50% et augmentant les liquidités à 25%.

Le biais «value» de la poche actions a pesé sur la performance pendant la majeure partie de la dernière décennie, et le fonds devrait rebondir lorsque le style «value» et la dette émergente reprendront des couleurs.

Cependant, les erreurs de sélection de titres ont aussi contribué à la médiocrité des performances à long terme.

Les co-gérants actions de la stratégie et les spécialistes actions au sens large en général ont connu d’importants changements ces dernières années, et nous aimerions voir plus de stabilité ici.

La sélection des actions repose sur une liste approuvée qui s'appuie sur le travail de 35 analystes, et cette équipe a également changé avec le nouveau directeur des investissements, Alan Bartlett, qui a nommé des chefs d'équipes régionales en Europe, en Asie et en Amérique pour contribuer à la liste approuvée.

La nouvelle structure pourrait améliorer l'efficacité du process - du moins c'est l'intention. Mais cela prendra du temps.

A lire aussi...