Intel pénalisé par des retards technologiques

Morningstar

1 minutes de lecture

Le report d’un an du procédé 7 nanomètres éclipse de bons résultats trimestriels.

Intel a annoncé des résultats du deuxième trimestre qui ont largement dépassé ses prévisions, les ventes d'ordinateurs portables, de serveurs et de mémoires ayant connu une croissance à deux chiffres tirée par les tendances du travail et de l'apprentissage à domicile causées par le coronavirus.

La direction a augmenté ses perspectives de revenus de 1,5 milliard de dollars pour 2020, principalement grâce à la surperformance du premier semestre et à une montée en puissance plus rapide des produits 10 nanomètres (nm).

Nous prévoyons qu'Intel devra faire face à une concurrence croissante de la part d'AMD ainsi qu'à une modération de la demande en cloud et en PC au second semestre 2020.

Pourtant, cette solide performance a été éclipsée par la divulgation par Intel que ses produits de processeur basés sur 7 nm seront retardés d'environ six mois, les rendements ayant eux 12 mois de retard par rapport aux objectifs internes.

Pour réconcilier le delta de six mois, le PDG Bob Swan a souligné les plans d'urgence d'Intel, qui incluent la désagrégation des puces (fabrication de différentes parties d'une puce sur différentes technologies de fabrication) et l'exploitation de fonderies externes telles que TSMC.

Nous maintenons notre estimation de la juste valeur de 70 dollars, car des résultats à court terme plus solides et des hypothèses de dépenses en capital plus faibles pour 2020 sont contrebalancés par une baisse des estimations de ventes de microprocesseurs à long terme pour les PC et centres de données (en raison du passage d'Apple aux puces internes pour ses PC Mac et d'une concurrence accrue d'AMD).

Le cours a baissé de plus de 10% après Bourse et se situe maintenant en territoire 4 étoiles. Bien que nous réaffirmions pour l'instant notre évaluation d’un rempart concurrentiel étendu («Wide Moat»), notre perspective négative est apparemment validée par le retard sur le procédé 7 nm et la possibilité qu'Intel utilise des fonderies pour fabriquer davantage de ses puces (les designs Altera et certaines puces Mobileye sont actuellement fabriquées chez TSMC ).

Malgré les vents contraires de la concurrence et de la fabrication, nous restons positifs sur le titre en raison de son positionnement dans le cloud et les opportunités dans l’automobile, la 5G et l’intelligence artificielle, et nous pensons que les investisseurs à long terme devraient trouver les niveaux actuels intéressants.

A lire aussi...