Une allocation neutre sur les actions

Sandro Occhilup, DECALIA AM

2 minutes de lecture

«La période de transition va perdurer», estime Sandro Occhilupo, Head of Portfolio Management & Research chez DECALIA AM.

Quel est votre scénario central pour 2019?

Comme nous l’avions déjà souligné depuis cet été, la «période de transition» avec la volatilité accrue à laquelle nous assistons en ce moment devrait encore durer un certain temps, à la lumière des dernières tendances macro et microéconomiques, de la guerre commerciale, de la poursuite de la normalisation des politiques monétaires des banques centrales et de l’augmentation des risques exogènes/géopolitiques. Par conséquent, nous nous attendons à une année 2019 agitée, compte tenu d’un agenda géopolitique chargé et du ralentissement de la conjoncture économique mondiale. Cependant, les marchés semblent avoir déjà escompté une bonne partie d’un scénario «bearish». Dans ce contexte nous gardons un scénario prudent mais constructif. Nous ne prévoyons pas de récession généralisée mais plutôt un ralentissement «contrôlé». Les principales banques centrales devraient rester flexibles et s’ajuster en fonction des statistiques publiées. Par ailleurs nous pensons toujours que le panorama global reste positif et que les fondamentaux des marchés mondiaux restent généralement sains.

D’une façon générale, nous recommandons
une approche plus équilibrée.
Pour vous, quels seront les risques à surveiller?

Les principaux risques potentiels sont une escalade de la guerre commerciale, le risque de crédit avec une possible contagion du problème GE, un Brexit «hard», une poursuite du ralentissement économique de la Chine et les bouleversements politiques en Europe.

Quelles seront les opportunités d’investissement pour 2019?

D’une façon générale, nous recommandons une approche plus équilibrée avec, pour les actions, un biais en faveur des plus grandes capitalisations et des secteurs défensifs et une préférence pour la Suisse et les Etats-Unis. Ceci étant dit, nous voyons également des opportunités d’achat lors d’exagérations à la baisse en Europe (Italie), dans les marchés émergents et dans les titres technologiques après la récente correction.

Quelle est votre allocation d’actifs dans ce contexte?

Nous conservons une allocation neutre sur les actions. Nous restons sélectivement constructifs au fur et à mesure que la période de transition se prolonge. Nous nous concentrons sur les marchés les plus défensifs et résistants et restons plus prudents sur la zone euro. En revanche, nous sous-pondérons les obligations. Nous restons prudents sur le crédit, compte tenu des spreads peu attrayants et du risque de contagion du problème GE. Nous conservons toutefois nos positions en bons du trésor US à 10 ans, comme mesure de protection contre les risques géopolitiques. Par ailleurs, il existe des rendements attrayants dans certaines obligations de pays émergents en monnaie locale. Pour l’exposition monétaire, à court terme, nous sommes positifs sur le USD et le CHF par rapport à l’euro. L’attrait du dollar US reste important, grâce à un différentiel de taux attrayant, à une meilleure conjoncture économique et à la politique de la Fed. Nous favorisons aussi le CHF (et l’exposition JPY découvert) comme valeur refuge. A moyen terme toutefois, l’EUR devrait s’apprécier face au USD, du fait de sa valorisation et de ses meilleurs fondamentaux (balance des comptes courants, déficit fiscal, taux d’endettement par rapport au PIB), sans oublier un changement progressif de la politique de la BCE attendu en 2019. Du côté des matières premières, nous gardons une allocation en or comme valeur refuge et protection géopolitique. Finalement, nous surpondérons les investissement alternatifs, avec toujours une préférence pour les hedge funds peu corrélés aux actions (market neutral, arbitrage) et les placements privés.

 

Lire également:

Positionnement tactique

Privilégier les liquidités en dollar US

Des stratégies de contrôle des risques