Des stratégies de contrôle des risques

Marc Brütsch, Swiss Life Asset Managers

2 minutes de lecture

Selon Marc Brütsch, Chief Economist chez Swiss Life Asset Managers, «la volatilité est revenue pour durer».

Quel est votre scénario central pour 2019?

La perte de dynamisme dans l’économie mondiale observée récemment se poursuivra en 2019. La croissance des économies des pays développés ne s’effectuera plus qu’en fonction de leur potentiel à long terme, étant donné que le cycle économique a atteint un stade de maturité. A l’avenir, le regain de croissance reposera sur une politique budgétaire plus généreuse et une hausse des salaires légèrement accélérée. En revanche, la normalisation de la politique monétaire rendra le coût du crédit plus élevé pour le secteur privé américain. Notre prévision concernant la croissance du PIB pour la Suisse en 2019 est de 1,2%, soit un taux relativement prudent. Les taux d’inflation aux États-Unis et dans la zone euro seront inférieurs aux objectifs respectifs des banques centrales. En Suisse, l’inflation devrait atteindre 0,6% en 2019.

xxx
Pour vous, quels seront les risques à surveiller?

Au cours des premières semaines de 2019, le principal risque sur les marchés sera certainement lié au Brexit. Un retrait sans accord du Royaume-Uni ne peut être exclu. Cette évolution pourrait conduire à une nouvelle volatilité accrue sur les marchés et à un ralentissement de la croissance au premier semestre 2019. Il conviendra de surveiller tout au long de 2019 si le coût du crédit continuera d’augmenter pour le secteur privé. Un tel scénario serait alors une conséquence de la normalisation de la politique monétaire aux États-Unis et de l’arrêt des achats d’obligations par la BCE. Cela augmenterait la probabilité d’une récession et la pression quant à la revalorisation du franc suisse. En revanche, nous considérons le risque d’une hausse rapide de l’inflation comme faible.

Quelles seront les opportunités d’investissement pour 2019?

Après la correction récente, les actions sont de nouveau valorisées de manière plus adéquate. Cela vaut en particulier pour toutes les formes de placements à taux fixe. Par rapport à leurs niveaux historiques, les valeurs observées aujourd’hui sont à nouveau raisonnables. En supposant que les entreprises parviennent encore à réaliser les bénéfices et les résultats de vente escomptés, le sentiment des investisseurs à l’égard des actions est plutôt pessimiste. Il en va de même pour la Suisse: les actions sont à nouveau évaluées de manière favorable. Les marchés émergents, où les baisses des cours ont été les plus fortes en 2018, semblent pour l’heure tout autant attrayants. Nous continuons en outre de croire que les taux d’intérêt nominaux n’augmenteront que timidement. Dans ce contexte, les placements immobiliers en Suisse restent évalués de manière favorable, comparés aux obligations sans risque émises par la Confédération.

Quelle est votre allocation d’actifs dans ce contexte?

Dans les affaires pour compte de tiers, toutes les décisions en matière de positionnement sont prises avec la conviction que «la volatilité est revenue pour durer». Dans le cadre d’un mandat de gestion de fortune mixte, nous maintenons pour l’heure l’investissement en actions, conformément au quota stratégique fixé à long terme. La mise en œuvre reste toutefois décisive: afin de contrer la volatilité accrue, nous avons recours à des stratégies de contrôle des risques qui servent de filets de sécurité en cas de nouvelles pertes de cours. En revanche, nous avons actuellement procédé à une sous-pondération des placements dans le domaine des risques de crédit.

 

Lire également:

Positionnement tactique

Une allocation neutre sur les actions

Privilégier les liquidités en dollar US