Poursuite de la hausse des actions

Michael Strobaek, Credit Suisse

1 minutes de lecture

Optimisme renforcé à l'égard des actions des marchés développés. Sur le plan sectoriel, les services financiers sont à privilégier.

Ces dernières semaines, les risques politiques en Europe ont diminué et les États-Unis et la Chine ont redoublé d'efforts pour reprendre les négociations. Les banques centrales accommodantes devraient renforcer le sentiment des investisseurs.
Compte tenu de cette amélioration du contexte mondial, nous augmentons nos positions en actions pour les surpondérer dans un contexte de portefeuille, les États-Unis demeurant notre marché de prédilection. Sur le plan sectoriel, nous privilégions maintenant les services financiers.

Les dernières semaines nous ont rappelé une fois de plus à quel point les choses peuvent changer rapidement - alors qu'en août, les marchés financiers se sont soudainement détériorés en toile de fond, le mois de septembre s'est pour le moins amélioré. Compte tenu de l'apaisement des tensions politiques, du regain d'espoir suscité par les relations commerciales entre les États-Unis et la Chine et des mesures de relance supplémentaires prises par les banques centrales, nous sommes redevenus plus optimistes à l'égard des actions des marchés développés, portant la pondération de leurs portefeuilles au-dessus des allocations stratégiques.

Changer pour le mieux

Mais récapitulons ce qui a changé. Premièrement, ce sont les développements politiques en Europe qui ont déclenché une amélioration du sentiment des investisseurs. En Italie, le Mouvement des cinq étoiles et le parti démocrate ont formé un gouvernement plus favorable à l'UE, ce qui va à l'encontre de la volonté du ministre de l'Intérieur Matteo Salvini de tenir des élections anticipées. Plus récemment, le parlement britannique a adopté un projet de loi obligeant le Premier ministre Boris Johnson à demander à l'UE une prolongation du délai pour le Brexit si aucun accord n'est conclu avec l'UE pour le 19 octobre. Ce projet de loi étant devenu loi, le risque d'un Brexit dur et sans accord s'est atténué, apaisant encore davantage les préoccupations des investisseurs.

A lire aussi...