Peu de signes pour l'instant d'une nouvelle crise de l'euro

DWS

2 minutes de lecture

Graphique de la semaine de DWS. En ce qui concerne la situation financière du gouvernement italien, la situation est moins claire que ne le pensent les alarmistes ou les optimistes.


©Keystone

Pour les tabloïds allemands, «Die nächste Eurokrise» ressemble beaucoup au titre préféré des journalistes britanniques: «Les prix des logements vont s'effondrer». Tous deux sont des accroches pour vendre des journaux, sans nécessairement éclairer les lecteurs. Comment expliquer alors la rareté de ces titres sur l'euro ces dernières semaines? Après tout, les écarts entre les obligations souveraines italiennes et les Bunds allemands se sont creusés de plus de 100 points de base depuis septembre dernier.

L'une des raisons pourrait être que l'écart actuel est encore très faible par rapport aux chiffres historiques, comme le montre notre «graphique de la semaine». Nous estimons que l'Italie doit refinancer environ 14% de sa dette par année, ce qui signifie qu'il faut du temps pour que les variations de taux se répercutent sur les coûts d'intérêt. La dette publique exprimée en pourcentage du produit intérieur brut de l'Italie s'élevait à un peu plus de 150% à la fin de l'année 2021, selon les données trimestrielles d'Eurostat (1). Ce taux est le plus important après celui de la Grèce, mais contrairement à ce dernier, il reflète principalement l'indulgence budgétaire des années 1980, associée à une croissance faible depuis les années 1990 (2).

L’Italie est exposée à des ruptures d'approvisionnement à la suite de la guerre de Poutine contre l'Ukraine. Mais l’Etat veille.

Pendant la majeure partie de cette période, l'Italie a enregistré des surplus à la fois au niveau de sa balance courante et de son solde primaire, c'est-à-dire avant paiement des intérêts. Ce dernier a basculé dans les déficits, reflétant les coûts de la pandémie de COVID. L'excédent de la balance courante, bien que toujours positif, s'est réduit ces dernières années. L'Italie reste l'une des plaques tournantes de l'industrie manufacturière européenne et a toujours été un grand importateur de pétrole et de gaz russe. Elle est donc exposée à des ruptures d'approvisionnement à la suite de la guerre de Poutine contre l'Ukraine. Avec sagesse, le premier ministre Mario Draghi a ordonné le réglage des thermostats dans les bâtiments publics, afin d'économiser l'énergie (3).

Les élections doivent avoir lieu d'ici fin mai, 2023, ce qui peut s'avérer suffisant pour placer les finances de l'Italie sur des bases durables. «A condition que l'Italie respecte les lignes directrices et consolide ses finances au cours de l'année à venir, même une hausse de 200 points de base des taux d'intérêt - quelle que soit sa source - devrait en principe être gérable», estime Ulrike Kastens, économiste senior Europe chez DWS.

La question de savoir si elle sera effectivement gérable dépend non seulement des décisions de politique budgétaire mais aussi de l'interaction entre la croissance nominale (c'est-à-dire incluant l'inflation) et les taux d'intérêt. Mais peut-être y a-t-il lieu d'être optimiste sur ce dernier point, du moins sur des mesures relatives telles que les écarts de taux obligataires. Au cours de la dernière décennie, l'Italie a déjà pris de nombreuses mesures nécessaires, même si elles ne sont pas toujours rapides, pour résoudre des problèmes récurrents. Son secteur bancaire, par exemple, a été largement débarrassé des prêts non productifs. Il reste à voir dans quelle mesure ces efforts ont amélioré ses perspectives de croissance structurelle. Et, au moins en ce qui concerne la diversification des approvisionnements énergétiques, tous les gouvernements italiens de la dernière décennie ont fait preuve d'une plus grande prudence que nombre de leurs homologues plus au nord.

Pas de nouvelle crise de la dette dans la zone euro, pour le moment


 

 

1) Statistiques | Eurostat (europa.eu)
2) Sept faits "surprenants" sur l'économie italienne - Philipp Heimberger et Nikolaus Krowall (socialeurope.eu)
3) Opération thermostat ! L'Italie baisse la climatisation pour réduire sa dépendance au gaz russe – POLITICO

A lire aussi...