Ne perdez pas de vue le perdant

Christopher Smart, Barings

2 minutes de lecture

Le perdant des prochaines élections aux Etats-Unis pourrait bien remodeler la politique économique américaine pour la décennie à venir.


©Keystone

Le vainqueur des élections - dans un cas comme dans l'autre - gouvernera pendant les quatre prochaines années avec un parti qui est de plus en plus agité, incertain et fragmenté. Le perdant, en revanche, entrera dans une période de déni, de colère, de marchandage, de dépression et d'acceptation qui pourrait déclencher une refonte bien plus conséquente pour les perspectives économiques à long terme de l'Amérique.

L'unité démocrate polie qui s'est manifestée lors de sa convention s'explique davantage par une opposition fervente au président Donald Trump que par une vision commune de la politique. Rien que sur les questions économiques, ils ont fait état de divergences importantes sur le rôle du gouvernement sur les marchés, la meilleure approche en matière de changement climatique ou la manière de générer des emplois dans une économie mondialisée et axée sur les données.

La prise de contrôle réussie du parti républicain par Trump au cours des 4
dernières années pourrait déclencher une crise d'identité encore plus grave s'il perd.

Une défaite le 3 novembre amènera probablement les démocrates progressistes à conclure que des idées encore plus radicales sont nécessaires pour mobiliser des électeurs découragés, laissant les modérés qui n'ont pas encore embrassé la théorie monétaire moderne résister à l'extrémisme.

En attendant, la prise de contrôle réussie du parti républicain par Trump au cours des quatre dernières années pourrait déclencher une crise d'identité encore plus grave s'il perd. Est-ce que le parti tire davantage d'énergie de ses ailes populistes qui ont soutenu la confrontation commerciale, encouragé les entreprises à se montrer agressives et ignoré la montée en flèche des déficits? Ou bien revient-il à ses racines Ronald Reagan, avec un engagement renouvelé en faveur du libre-échange, une foi renouvelée dans les marchés et au moins une aspiration à l'équilibre des budgets?

Les esprits méfiants peuvent se demander si les républicains du Congrès qui s'opposent actuellement aux nouvelles mesures de relance ne sont pas en train de ternir leur réputation de fervents partisans de la fiscalité alors que les résultats des sondages d'opinion du Trump s'affaissent.

Les partis politiques évoluent naturellement avec leur temps et avec l'électorat. Il est facile d'imputer à un seul homme politique ou à un seul événement la responsabilité de débats politiques houleux, mais les écarts raciaux et éducatifs entre les partis se creusent depuis des décennies, en partie en raison de l'immigration en provenance d'Asie et d'Amérique latine et d'une population universitaire en plein essor. En 1980, quelque 76% des électeurs républicains étaient blancs et n'avaient pas fait d'études supérieures, contre 60% des électeurs démocrates. Lors de la dernière élection présidentielle, les électeurs blancs n'ayant pas fait d'études supérieures avaient glissé à 60% du soutien des républicains, mais avaient chuté à moins de 30% des démocrates.

Ces différences bien ancrées n'ont été aggravées que par le redécoupage des circonscriptions, les lois sur le financement des campagnes et un paysage médiatique fracturé qui récompensent tous les idées extrêmes. Même s'il existait un précédent historique à l'émergence d'un troisième parti modéré, cela semble encore moins probable dans le contexte actuel.

Quelles répercussions sur la politique économique?

Au début du XXe siècle, par exemple, les républicains ont plutôt penché vers le protectionnisme, désireux de défendre les industries naissantes du Nord-Est. De nombreux démocrates, s'exprimant au nom des intérêts ruraux à la recherche de marchés étrangers, étaient alors partisans du libre-échange. Après une opposition vigoureuse à la plupart des accords de libre-échange au cours des dernières décennies, nous sommes peut-être à l'aube d'un nouveau tournant, avec davantage de démocrates qui pensent que le commerce crée des emplois et des républicains qui deviennent plus sceptiques.

Près de 80% des démocrates estiment qu'il y a un excès
d'inégalité économique, contre 41% des républicains.

En ce qui concerne l'inégalité économique, près de 80% des démocrates estiment qu'il y a un excès, contre 41% des républicains. Il est toutefois intéressant de noter que les républicains se répartissent en fonction du revenu, 48% des membres de partis à faible revenu s'en préoccupent. Ce sont des fissures qui pourraient entraîner un changement de politique pour un parti qui dépend de plus en plus des électeurs blancs non universitaires.

La question clé pour quiconque s'efforce d'entrevoir l'avenir de la politique économique américaine sera la tentative du parti perdant de courtiser les modérés de l'autre côté dans un système qui fait si peu pour récompenser le compromis.

Un parti républicain perdant va-t-il faire pencher la politique économique davantage vers la base de Trump qui reste ses partisans les plus enthousiastes? Ou s'adressera-t-il aux démocrates modérés qui ne sont pas tout à fait prêts pour le Green New Deal et le Medicare for All, sans parler des autres priorités des démocrates en matière juridique et sociale?

A l'inverse, si la campagne Biden échoue, les démocrates poursuivront-ils leur virage à gauche sur les questions fiscales et réglementaires? Ou bien verront-ils une occasion de consolider leur emprise sur le pouvoir en tendant la main à des républicains centristes mécontents?

Alors que l'attention du monde entier se concentrera sur les 100 premiers jours de la prochaine administration, n'oubliez pas que ce sont les perdants qui décideront de ces questions.

A lire aussi...