Les effets positifs inattendus de la pandémie

Christopher Smart, Barings

3 minutes de lecture

Alors que le confinement semblait de nature à retarder les programmes de lutte contre le changement climatique, il n'en est rien.


©Keystone

L'ouragan Laura et le typhon Bavi ont provoqué des dégâts considérables la semaine dernière, déclenchant ainsi un nouveau débat sur le lien entre phénomènes météorologiques violents et changement climatique ainsi que sur la bonne politique climatique à adopter en cas de pandémie.

Au cours des jours les plus difficiles de la crise ce printemps, lorsque les pertes d'emplois ont littéralement explosé, des voix se sont élevées pour mettre de côté la crise climatique dans un effort général pour remettre le plus de gens possible au travail. Mais alors que le chemin tortueux vers la reprise se profile à l'horizon, les préoccupations climatiques semblent plus que jamais devoir façonner la prochaine phase de la croissance économique mondiale, au milieu de nouveaux modèles de travail, de dépenses publiques généreuses et de priorités des entreprises qui ont considérablement changé depuis le dernier effondrement de l'économie mondiale en 2008.

Le climat reste non seulement à l'ordre du jour politique, mais pourrait même
avoir gagné quelques crans sur la liste des priorités au niveau mondial.

Au-delà du débat sur les causes du changement climatique, en particulier aux Etats-Unis, les investisseurs mondiaux ont de plus en plus compris que l'argent qu'ils mettent au travail est de plus en plus impacté par les réglementations environnementales qui limitent les émissions de carbone, par les technologies innovantes qui fournissent des sources d'énergie moins chères et plus propres, et par l'attention croissante que la société porte aux pratiques durables. Programmes politiques mis à part, l'augmentation des coûts d'assurance, la baisse de la valeur des propriétés immobilières et la part croissante des sources d'énergie renouvelables témoignent tous de l'importance croissante des préoccupations climatiques sur le rendement des investissements.

Mais le confinement a soudainement balayé ces inquiétudes profondes, mais lointaines, car il menaçait de faire basculer l'économie mondiale dans la récession. L'Agence de protection de l'environnement de l'administration Trump a annoncé qu'elle allait «exercer un pouvoir discrétionnaire d'application» en ce qui concerne les violations des lois environnementales dues à la pandémie. En outre, les mesures de quarantaine et les restrictions de voyage ont retardé la poursuite des négociations internationales sur le climat. Les restaurants qui avaient du mal à rester en activité se sont mis à utiliser des serviettes en papier, des boîtes en polystyrène et les redoutables pailles en plastique.

Pourtant, à mesure que la reprise se dessine, qu'elle se poursuive sous la forme d'un V aigu ou d'un U mou, le climat reste non seulement à l'ordre du jour politique, mais pourrait même avoir gagné quelques crans sur la liste des priorités au niveau mondial.

Si les mesures de quarantaine elles-mêmes n'ont eu qu'un impact minime sur les émissions de carbone, la montée en flèche de la pandémie dans le domaine du télétravail et des conférences virtuelles semble durable. Les transports représentent environ 14% des émissions de gaz à effet de serre dans le monde, dont la plupart proviennent des voitures et des camions. Néanmoins, la diminution des trajets quotidiens (en supposant que la confiance revienne aux transports publics) et la forte diminution des voyages d'affaires pourraient avoir un impact sur les émissions de gaz à effet de serre.

Les sommes considérables que les gouvernements du monde entier injectent dans l'économie pour stimuler la reprise donneront une impulsion beaucoup plus forte aux pratiques écologiques. Le budget élargi de l'Union européenne en réponse à la pandémie comprend jusqu'à 550 milliards d'euros d'investissements qui contribuent spécifiquement à réduire les émissions et prévoit des taxes sur les déchets plastiques et des droits de douane sur les importations jugées polluantes.

Amazon axera sa prochaine phase de croissance
sur un objectif d'émissions nettes de carbone nulles d'ici 2040.

Depuis la faillite de Lehman Brothers, de nombreuses banques centrales du monde entier ont redoublé d'efforts pour s'assurer que les banques qu'elles supervisent s'engagent à faire face aux coûts potentiels croissants du changement climatique, qu'il s'agisse des dommages causés par les intempéries ou des actifs carbone bloqués, alors que la demande se tourne vers les énergies renouvelables.

Aux Etats-Unis, le paysage politique est beaucoup plus divisé sur le climat, le président Trump affirmant que les réglementations environnementales excessives nuisent à la croissance, tandis que les démocrates promettent des dépenses généreuses pour soutenir les «emplois verts». L'opinion publique reflète cette division partisane, mais des majorités de républicains soutiennent les crédits d'impôt pour encourager le captage du carbone et des normes plus strictes sur les émissions d'énergie, même au plus fort des préoccupations de la COVID-19 de ce printemps.

Et cela ne tient pas compte d'un facteur bien plus important pour la reprise verte aux Etats-Unis et dans le monde entier: le comportement des entreprises. Les questions environnementales, sociales et de gouvernance ont commencé à prendre de l'ampleur juste avant la dernière crise, avec les Principes pour l'investissement responsable des Nations unies, qui revendiquaient avoir des signataires représentant 18’000 milliards de dollars d'actifs sous gestion en 2008. Ce chiffre est aujourd'hui de 120’000 milliards de dollars.

Quelle que soit sa durée, la reprise mondiale à venir sera façonnée par des géants comme Amazon, qui axera sa prochaine phase de croissance sur un objectif d'émissions nettes de carbone nulles d'ici 2040, ou Microsoft, qui s'efforcera d'atteindre son objectif de réduction des émissions de carbone d'ici 2030. Les compagnies pétrolières qui ont annoncé des objectifs de réduction nette de leurs émissions, bien que les définitions de ce que cela signifie varient, sont encore plus surprenantes.

La pandémie a accéléré le passage de l'économie à des empreintes carbone qui commencent à se réduire, à des infrastructures publiques et privées qui seront plus résistantes et à des banques qui commenceront à poser des questions difficiles sur les conséquences climatiques des nouveaux prêts. Que les investisseurs en prennent note.

A lire aussi...