La guerre du pétrole: le bon, le mauvais et le moche

Esty Dwek, Natixis Investment Managers

3 minutes de lecture

L'augmentation de l'offre sur un marché déjà sur-approvisionné suggère une combinaison baissière pas vue depuis les années 1930.


©Keystone

Lundi, le prix du pétrole a chuté de plus de 30% – le plus gros mouvement journalier depuis la guerre du Golfe de 1991 – après que l'Arabie Saoudite ait lancé une guerre des prix avec la Russie en augmentant la production et en réduisant les prix, alors que la Russie refusait de s'aligner sur l'Opep et de réduire sa production. Compte tenu d'une demande déjà plus faible dans un contexte de ralentissement mondial et de l'épidémie de coronavirus, l'augmentation de l'offre sur un marché déjà sur-approvisionné suggère une combinaison baissière pas vue depuis les années 1930.

Le bon

En général, la baisse du prix du pétrole est considérée comme un élément positif pour la croissance mondiale. Si les États-Unis sont aujourd'hui le premier producteur mondial de pétrole et sont devenus un exportateur net ces dernières années, la consommation domestique reste élevée et la baisse des prix sera bénéfique pour les ménages. En effet, la baisse des prix du pétrole équivaut à une réduction d'impôts pour les consommateurs, car les Américains conduisent beaucoup. Et bien sûr, cela devrait aider certaines des industries les plus touchées par l'épidémie, telles que les compagnies aériennes, le transport maritime et l'industrie manufacturière.

La Chine étant le plus grand consommateur de pétrole,
la baisse des prix sera une bénédiction dans le contexte actuel.

En outre, de nombreuses grandes économies sont importatrices d'énergie, y compris dans l'Union européenne. Pour les marchés émergents, la baisse du prix du pétrole est un élément positif pour la Chine, l'Inde, la Turquie et l'Afrique du Sud, entre autres. La Chine étant le plus grand consommateur de pétrole, la baisse des prix sera une bénédiction dans le contexte actuel.

Et normalement, une baisse du prix du pétrole signifie une baisse des pressions inflationnistes, suggérant moins de pression pour des taux d'intérêt plus élevés.

Le mauvais

Alors pourquoi la baisse des prix est-elle une mauvaise nouvelle cette fois-ci? Tout d'abord, en plus de l'épidémie de coronavirus, il s'agit d'un second choc dont les marchés n'ont pas besoin. Les marchés du crédit ont commencé à montrer des fissures lors de la récente liquidation, car les craintes de croissance ont remis en cause les faibles prévisions de taux de défaut, mais les 12% d'énergie dans l'espace Haut rendement américain (qui sont tombés à 9% suite aux récentes performances) font maintenant craindre une vague de défauts.

A l'approche de 2020, les producteurs de schiste étaient déjà confrontés à des obstacles, des problèmes de trésorerie et des dettes arrivant à échéance. Les compagnies pétrolières avaient déjà annoncé qu'elles réduiraient leur capex et leurs investissements dans de nouvelles plateformes. Mais si le prix du pétrole devait rester bas, les faillites pourraient être la prochaine étape, resserrant les conditions financières et réduisant la liquidité. D'un point de vue économique, l'industrie pétrolière et gazière américaine représente 8% du PIB américain et plus de 10 millions d’emplois. La baisse des prix pendant une période prolongée pourrait entraîner des licenciements. Le prix moyen d'équilibre de la production américaine de schiste a chuté de 2 dollars par baril au cours des dernières années, pour atteindre 50 dollars par baril. Toutefois, cette moyenne masque quelques différences importantes entre les régions et les exploitants, d'environ 25 dollars le baril pour certains exploitants à 90 dollars le baril pour certains comtés.

L'administration américaine ne restera
probablement pas les bras croisés.

Une fois que les emplois – et donc la croissance américaine – seront menacés, l'administration américaine ne restera probablement pas les bras croisés. En 1986, le président Bush a demandé à Riyad d'augmenter le prix du pétrole car il était préoccupé par l'impact de l'effondrement du prix du pétrole sur l'économie. Le président Trump pourrait faire une tentative similaire, d'autant plus que le Texas et le Dakota du Nord/Sud sont des Etats clés pour les élections. 

En dehors des Etats-Unis, la Norvège fait partie d'un groupe d'exportateurs ‘perdants’ dans une guerre des prix prolongée. Alors que la plupart des grandes économies émergentes sont importatrices, la Russie et le Brésil se distinguent comme exportateurs. Du point de vue du marché, alors que de nombreux marchés émergents bénéficient de la baisse des prix du pétrole, les gros titres ont tendance à englober tous les pays dans la catégorie négative, comme nous l'avons vu en 2015, et les actifs émergents dans leur ensemble ont tendance à souffrir.

Le moche 

Cela peut-il devenir moche? Oui. Les Saoudiens et les Russes ont la capacité de maintenir ce jeu pendant un certain temps, et plus il dure, plus les dommages collatéraux sont importants. Cela dit, nuire aux producteurs américains de schiste est un avantage marginal – et pourrait être l'objectif ultime de la Russie – donc dommages collatéraux est un terme vague. 

La faiblesse des prix du pétrole, associée à une demande déjà faible
et à une croissance faible susciterait des craintes de déflation.

Le moche serait une vague de défaillances, des marchés du crédit qui se bloquent et qui entraînent d'autres événements liés au crédit. Il pourrait aussi s'agir de la faiblesse des prix du pétrole, associée à une demande déjà faible et à une croissance faible, qui susciterait des craintes de déflation. Les taux d'intérêt pourraient encore baisser, car les marchés fixent déjà les taux d'intérêt américains à 0, ainsi que de nouvelles réductions ailleurs, ce qui laisse penser que les banques pourraient continuer à souffrir. C'est l'une des raisons pour lesquelles les petites capitalisations aux États-Unis sont touchées, elles comprennent à la fois les producteurs de schiste et les petites banques. Et les banques européennes pourraient ne pas être à l'abri, car des taux bas aux États-Unis laisse présager des taux encore plus bas – pour plus longtemps – sur le vieux continent. 

Ailleurs, l'Arabie Saoudite dispose d'une plus grande capacité de production, mais si le pétrole reste au-dessous 35 dollars, le Royaume accuserait un déficit de près de 15% en 2020 (sans ajustement). D’autres subiraient de sérieux coups budgétaires avec des situations déjà précaires, dont l'Iran, le Venezuela et le Nigeria, où les prix de rentabilité sont bien supérieurs.

La suite

L'impact dépendra surtout de la durée de la dépression des prix. Nous ne pensons pas que la Russie se retirera rapidement, car elle a à la fois la volonté et la capacité d'infliger des souffrances aux autres producteurs. C'est pourquoi nous continuerons à surveiller attentivement l'espace de crédit afin de déceler tout signe de risques plus systémiques, de détérioration de la liquidité et d'effets d'entraînement sur d'autres segments que celui des produits à haut rendement.

A lire aussi...