Plus lente pendant plus longtemps?

Esty Dwek, Natixis Investment Managers

2 minutes de lecture

La reprise qui suivra le choc Covid-19 ne sera peut-être pas en V car les entreprises pourraient prendre du temps pour relancer l'activité.


Chez JAC Motors en Chine, un employé sur trois n'a pas encore repris le travail. ©Keystone

Les questions se poursuivent sur la durée et la force des perturbations qui sont attendues des mesures de confinement du coronavirus. La récente propagation de cas à la Corée du Sud, au Japon et à l'Italie fait craindre que l'impact sur la croissance soit plus grand et dure plus longtemps que prévu initialement. En effet, si les cas ralentissent en Chine, ils augmentent ailleurs, ce qui pourrait entraîner des perturbations retardées et prolongées. Pour l'instant, les perturbations s'avéreront pour la plupart temporaires, et la croissance de 2020 ne sera pas déraillée. Toutefois, l'impact pourrait s'étendre au-delà du premier trimestre et celui-ci pourrait être encore plus faible qu'on ne le pensait auparavant. En outre, la reprise qui suivra ne sera peut-être pas en V car les entreprises pourraient prendre du temps pour relancer l'activité, surtout si différentes zones sont touchées à différents moments.

Le voyage et les divertissements restent les segments les plus touchés, et ne récupéreront pas toutes les pertes. Les perturbations de la chaîne d'approvisionnement dans la technologie et dans le secteur automobile se poursuivent également, même si l’activité devrait s'accélérer une fois que le confinement sera atteint.  Le secteur manufacturier, qui avait commencé à se redresser, devrait stagner pour l'instant, mais devrait rebondir à mesure que les usines reprendront.

Les marchés pourraient avoir du mal à pousser beaucoup
plus haut, mais ils finiront par reprendre leur marche.

Dans ce contexte, le cadre mondial reste globalement favorable. La trêve commerciale durera, car le président Trump ne devrait pas aggraver la situation dans le contexte actuel. Et plus les perturbations durent, plus nous nous rapprocherons des élections américaines, et il est peu probable qu'il voudra mettre en péril la croissance. De plus, les banques centrales restent ultra-accommodantes, même si beaucoup sont limitées pour réagir au choc Covid-19. Sur le plan fiscal, les autorités chinoises devraient poursuivre leurs actions ciblées, mais les Européens risquent d’être plus lents et moins expansionnistes que nécessaire.

La question principale est de savoir si ces facteurs restent suffisants pour les marchés. Pour l'instant, il convient de maintenir une vue constructive à moyen terme, même si nous avons réduit notre allocation en prévoyance de volatilité accrue pendant un certain temps. Les avertissements sur résultats et les prévisions de croissance des bénéfices pour 2020 devraient également conduire à une revalorisation, même si, une fois encore, l'échelle est difficile à mesurer. Jusqu'à ce que nous voyions des signes plus clairs indiquant que le virus est «sous contrôle», les marchés pourraient avoir du mal à pousser beaucoup plus haut, mais ils finiront par reprendre leur marche.

Le crédit reste intéressant car il a fait preuve
de résistance et offre du portage.

Les actifs refuges ont été les bénéficiaires évidents, même s'ils ont davantage profité que les actions ont souffert. Les rendements souverains ont atteint de nouveaux plus bas aux Etats-Unis, et même si les rendements ne devraient pas baisser davantage, ils devraient rester bas pendant longtemps. C'est pourquoi il pourrait être judicieux d’ajouter de la duration, même s’il serait nécessaire de maintenir une sous-pondération aux obligations souveraines européennes compte tenu de leur surévaluation. Le crédit reste intéressant car il a fait preuve de résistance et offre du portage. Concernant les positions «core», il pourrait être opportun de les conserver à titre de protection et l’or devrait voir sa dynamique à court terme se poursuivre. Le dollar est le gagnant parmi les devises, les inquiétudes sur l'économie japonaise et sa proximité avec la Chine ayant pesé sur le yen. La force du dollar peut se poursuivre, même si nous avons peut-être déjà vu l'essentiel du mouvement.