L’Italie devrait éviter un nouveau clash budgétaire avec l’UE

Hetal Mehta, Legal & General Investment Management

1 minutes de lecture

Bien que l'incertitude politique reste forte, les tensions avec l'UE ne devraient pas s'aggraver de la même manière qu'en 2018.

Avec la démission du Premier ministre italien, le rôle du président est loin d’être purement cérémonial. Il va maintenant déterminer si un gouvernement alternatif peut être formé ou si des élections anticipées sont nécessaires. Son objectif principal sera de trouver une solution qui permette l’adoption d’un budget à l’automne permettant à l’Italie d’éviter la hausse automatique de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) de 3 ppt l’an prochain.

Bien que l'incertitude politique reste forte, les tensions avec l'UE ne devraient pas s'aggraver de la même manière qu'en 2018 - la Commission européenne continue à adopter un point de vue plus pragmatique sur les dérapages budgétaires, en particulier lorsque la croissance de la zone euro ralentit généralement et d'autres pays tels que la France risquent de ne pas respecter la règle du déficit de 3%.