L’investissement durable en Chine

Julien Boissier, abrdn

2 minutes de lecture

La Chine est un marché offrant de nombreuses opportunités, mais les défis, eux aussi, ne manquent pas.


©Keystone

La décarbonisation est aujourd’hui une priorité stratégique. La Chine s'est engagée à atteindre des objectifs ambitieux: la neutralité carbone d'ici 2060. En fabriquant des composants nécessaires pour la production des énergies renouvelables au niveau mondial, les entreprises du pays jouent un rôle essentiel dans ce domaine.

Est-ce pour autant que des investissements puissent être faits en Chine sans craindre qu’ils soient en contradiction avec les critères ESG? En effet, des inquiétudes quant à l'impact des secteurs liés à l’industrie, aux normes de gouvernance aux conflits d’intérêts ainsi qu’à une forte présence du gouvernement dans l’économie, ne peuvent être ignorés.

Dès lors, comment s'exposer à la Chine, compte tenu à la fois des opportunités et des risques? Les investisseurs peuvent-ils développer leur exposition à la Chine sans pour autant laisser de côté leurs préoccupations ESG?

Championne des énergies renouvelables

Cependant, les progrès réalisés par les entreprises chinoises en matière d'ESG ne doivent pas être négligés, les investisseurs qui n'ont pas d'exposition directe à la Chine n'apprécient souvent pas assez les efforts faits. D’autant plus que les normes évoluent, la circulation des informations est plus transparente et les règles en matière de comportement social et environnemental deviennent plus strictes. Il est indéniable qu’aujourd'hui, l’échange entre entreprises et investisseurs est bien meilleur qu'il y a 5 à 10 ans en arrière.

Effectivement, de plus en plus d'entreprises chinoises exposent désormais leur vision de la durabilité, leurs objectifs de réduction de leur empreinte carbone et leur cadre d'élimination des risques liés aux critères ESG. Mais il reste beaucoup à faire. Bien que les normes s'améliorent, elles restent souvent en deçà des attentes des investisseurs.

La Chine est certes le pays qui produit le plus d'émissions de CO2, mais c’est aussi celui qui investit le plus dans les énergies renouvelables.

En effet, la Chine est le pays qui produit le plus d'émissions de CO2. Pour se faire une idée des gaz émis, il suffit de savoir qu’en termes de production manufacturière, elle représente 28% de la production mondiale. Néanmoins c’est aussi elle qui investit le plus dans les énergies renouvelables.

L’empire du milieu investit depuis des décennies dans la recherche sur les énergies renouvelables, ce qui lui permet de se fixer des objectifs de décarbonisation ambitieux. Cela crée des opportunités d'investissement, tant sur le marché intérieur qu'à l'international, car les entreprises chinoises dans le secteur de l’énergie renouvelable sont des leaders dans leur domaine et contribuent de manière significative aux efforts de décarbonisation. De surcroît, les entreprises chinoises prennent conscience de leur empreinte carbone et fournissent des données sur ces questions, ce qui permet d’instaurer un dialogue avec les investisseurs soucieux des critères ESG.

Cependant, bien que les entreprises chinoises soient souvent prêtes à publier des données, telles que la consommation d'eau de l'année en cours, elles sont moins enclines à divulguer publiquement leurs objectifs, de peur de ne pas les atteindre. Paradoxalement, certaines entreprises en font bien plus que ce qu'elles déclarent.

Les problèmes de gouvernance

Un stéréotype très répandu est que l'économie chinoise est dominée par des entreprises appartenant à l'Etat. En réalité, les entreprises privées détiennent aujourd'hui une part bien plus importante de l’économie. Aussi, toutes les entreprises d’Etat ne sont pas identiques. Les équipes de direction diffèrent en termes d’esprit d’entreprise, de professionnalisme et d’indépendance. Pour mettre en évidence ces différences, il est nécessaire de procéder à un examen approfondi et d’adopter une approche constructive lors des rencontres avec la direction de l'entreprise.

L'actionnariat en Chine peut être très concentré et les actionnaires peuvent détenir des participations dans plusieurs entreprises publiques et privées. Les transactions entre une société cotée en bourse et une partie liée (actionnaires, membres du conseil d'administration, sociétés sœurs, fournisseurs ou autres) peuvent s'avérer difficiles. Ainsi, Il existe des conflits d'intérêts évidents dans la gouvernance des entreprises. Toutefois, de telles transactions font également partie des pratiques commerciales courantes en Chine.

En somme, la Chine est certes un marché offrant de nombreuses opportunités d'investissement, mais les défis, eux aussi, ne manquent pas. Pour autant, ces risques peuvent être gérés par un processus d'investissement approprié. Bien entendu, la Chine est un marché qui nécessite une approche à long terme et les investisseurs doivent se préparer à la volatilité, mais ne doivent pas perdre confiance s'ils veulent profiter des opportunités de croissance structurelle à long terme en Chine.

A lire aussi...