Genève Place Financière se défend sur le durable

AWP

2 minutes de lecture

Le président Yves Mirabaud rappelle que la Fondation est l’une des chevilles ouvrières de la Building Bridges Week à Genève.

La Fondation Genève Place Financière (FGPF) ne sous-estime pas la thématique du durable, contrairement à ce qu’a laissé entendre le conseiller d’Etat Pierre Maudet. La FGPF rappelle être le premier soutien financier de Sustainable Finance Geneva - l’association qui promeut l’investissement durable dans la Cité de Calvin - depuis sa création en 2008.

«La Fondation passe son temps à soutenir la finance durable», a affirmé mardi le président Yves Mirabaud, questionné en conférence de presse sur la sincérité de l’engagement de la FGPF.

Le banquier genevois a souligné que la Fondation était l’une des chevilles ouvrières de la Building Bridges Week (semaine de la finance durable), qui se déroule jusqu’à vendredi au bout du Léman. Le directeur de la FGPF Edouard Cuendet, entre autres, a travaillé presque exclusivement sur l’organisation de la manifestation au cours des derniers mois.

En marge de la conférence de presse, Yves Mirabaud a exprimé son incompréhension face aux propos du conseiller d’Etat Pierre Maudet, qui a affirmé lundi dans une interview à AWP que Genève Place Financière devait davantage s’impliquer dans les thématiques du durable.

Plusieurs dizaines de milliers de francs sont déboursés chaque année par la FGPF pour soutenir les initiatives dans l’investissement responsable, le financement de Sustainable Finance Geneva y compris, a précisé Yves Mirabaud.

«Nous déléguons beaucoup» à Sustainable Finance Geneva, a reconnu cependant le président de la Fondation. «Nous sommes submergés de demandes de soutien d’actions dans le domaine de la finance durable. (...) Nous utilisons beaucoup Sustainable Finance Geneva pour nous aider dans ce domaine.» Les deux entités sont complémentaires et non redondantes, comme l’a suggéré Pierre Maudet, explique Yves Mirabaud.

Genève Place Financière a publié mardi son enquête conjoncturelle, l’occasion pour son président de rappeler l’importance de l’accès au marché européen. La Fondation s’attend à un signal fort du Conseil fédéral dans le dossier institutionnel avec l’Union européenne après les élections fédérales du 20 octobre.

Taux négatifs et bénéfices en recul

Les taux négatifs figurent également au rang des obstacles sur la route des acteurs financiers à Genève et en Suisse. La Banque nationale suisse (BNS) doit «songer à supprimer cette mesure contre-productive dès que possible», a plaidé Yves Mirabaud.

Lors du premier semestre 2019, la place financière genevoise a connu quelques difficultés en termes de résultats (en comparaison annuelle), tandis que la situation de l’emploi va vers un léger mieux. «On observe un recul du bénéfice net pour la majorité des établissements, qu’elle que soit leur taille», a constaté Edouard Cuendet, commentant les conclusions de l’enquête conjoncturelle.

Cette contre-performance, causée par une pression accrue sur les marges, intervient après deux années plutôt fructueuses. Les banques sont également confrontées à une recrudescence des charges, qui pèsent sur la rentabilité, et à la prudence des clients face aux incertitudes conjoncturelles et géopolitiques.

L’emploi est resté stable, voire en légère augmentation au sein des établissements de grande et moyenne taille, ainsi que chez les gérants indépendants, selon M. Cuendet. «Ces chiffres sur l’emploi constituent une bonne nouvelle, compte tenu du recul du produit d’exploitation et du bénéfice net.»

Dans l’activité de gestion, une grande partie sondés a enregistré une hausse des avoirs administrés sur les six premiers mois de l’année. Les grands établissements ont principalement profité du levier boursier pour augmenter leurs volumes. Les entrées nettes d’argent se sont montrées déterminantes pour les autres.

Pour l’année 2019, la majorité des participants à l’enquête conjoncturelle s’attendent à un bénéfice en repli et une statu quo au niveau de l’emploi. L’année prochaine s’annonce encore plus difficile, à en croire le sondage de Genève Place Financière.