Croissances américaine et allemande au diapason

DWS

1 minutes de lecture

Graphique de la semaine par DWS. Le PIB par habitant de l’an 2000 à nos jours brise le tabou d’une Europe incapable de suivre les Etats-Unis.


©Keystone

Après une légère contraction au cours du deuxième trimestre, les statisticiens ont fait état d'un taux de croissance du produit intérieur brut (PIB) légèrement positif en Allemagne au troisième trimestre. L'Allemagne a donc échappé de justesse à une récession technique. Les données récentes, cependant, ne rassureront probablement pas les sceptiques.

Nombreux sont ceux qui semblent penser: trop de réglementation, une bureaucratie excessive, des systèmes sociaux trop coûteux, des politiques fiscales trop austères, un manque de compétitivité, une concentration exagérée sur la protection de l'environnement, et ainsi de suite - la liste des arguments est encore longue. L'Europe ne pourra jamais suivre le rythme d'économies dynamiques telles que les États-Unis, entend-on dire et redire. Cela n’est pas nouveau : les générations plus âgées en Allemagne se souviennent que depuis les années 1980, les journaux et les talk-shows télévisés allemands font régulièrement état de ce genre de discussions pessimistes.

L’essoufflement allemand est plus lié aux mesures
protectionnistes trumpiennes qu’aux décisions politiques berlinoises.

Toutefois, si l'on examine les statistiques de croissance du Fonds monétaire international (FMI), la situation est quelque peu différente. Si l’on se penche sur les taux de croissance du PIB global, les États-Unis sont clairement en tête. Corrigés de la croissance démographique, c'est-à-dire mesurés par la croissance économique par habitant, les États-Unis et l'Allemagne ont toutefois enregistré exactement la même croissance économique depuis le début du siècle, comme le montre notre «graphique de la semaine». Et ce n'est que grâce à la phase actuelle de faiblesse économique de l'Allemagne - qui a probablement plus à voir avec les mesures protectionnistes issues de Washington qu'avec les décisions politiques prises à Berlin. Il n’est donc pas nécessaire de rester si pessimiste.