Les leçons de la saga Brexit

DWS

1 minutes de lecture

Graphique de la semaine de DWS. L'incertitude des politiques économiques devient un frein croissant aux données économiques objectives. Pourquoi?


©Keystone

L'incertitude des politiques économiques mondiales a rarement été aussi grande qu'au cours des derniers mois. Ou du moins, c'est ce qu’indique l’indice mondial d’incertitude sur la politique économique ou GEPU (Global Economic Policy Uncertainty), compilé par plusieurs universitaires américains. Les données utilisées remontent à 1997 et reposent sur des articles de journaux de 20 pays différents et sont mises à jour mensuellement. Cet indice permet de quantifier l’incertitude engendrée par les politiques économiques. La moyenne est ensuite pondérée en fonction des PIB nationaux. 

Le lien entre l'évolution de l'incertitude et la production industrielle mondiale
a été plutôt mince au cours des premières années de cette décennie.

Bien entendu, de nombreuses questions méthodologiques pourraient être soulevées, notamment en ce qui concerne la pondération des différents pays. Pris au pied de la lettre, l'indice GEPU donne cependant des indications intéressantes, comme le montre notre «graphique de la semaine» ci-dessous. Deux choses sont assez frappantes. Le lien entre l'évolution de l'incertitude et la production industrielle mondiale a premièrement été plutôt mince au cours des premières années de la présente décennie. Et ce lien s'est resserré de plus en plus. Nous observons la même chose concernant la corrélation entre l’incertitude et les données du commerce mondial. 

Dans un récent discours, Michael Saunders, de la Banque d'Angleterre, a avancé quelques raisons intéressantes pour expliquer cette situation. Les incertitudes politiques liées au Brexit semblent faire de plus en plus de dommages, jouant non seulement sur le climat de confiance, mais aussi sur le comportement des investisseurs ces derniers mois (en particulier depuis le 29 mars, jour du lancement du Brexit). L'une des raisons pourrait être que, les entreprises ont, dans un premier temps, réagi aux risques de Brexit en ajournant, plutôt qu'en annulant, toutes les décisions d'investissement. Cela devient toutefois plus difficile avec chaque reconduction du Brexit (la dernière prolongation s'étendant jusqu'au 31 janvier), et pas seulement sur le plan psychologique. 

Plus ces conflits durent, plus l'impact risque d'être grave,
même si nous assistons à une trêve temporaire.

Les incertitudes politiques ne sont pas nouvelles. Mais plus elles persistent, plus il semble difficile d’avoir une vision à long-terme. Cela suggère un risque potentiellement sous-estimé entourant les conflits commerciaux américains - l'autre facteur clé de l'augmentation de l'indice GEPU au cours des dernières années. Plus ces conflits durent, plus l'impact risque d'être grave, même si nous assistons à une trêve temporaire. Les entreprises pourraient être plus en plus impactées par les menaces politiques: en effet, elles peuvent être tentées de penser que celles-ci seront permanentes.