Commentaire hebdomadaire de Raiffeisen

Raiffeisen Suisse CIO Office

2 minutes de lecture

Le troisième trimestre vient de s’achever. Aux yeux des investisseurs, la situation demeure satisfaisante, mais les perspectives se sont encore détériorées.

En effet, le troisième trimestre a, lui aussi, été (légèrement) positif, après le brillant premier semestre 2019. Le Swiss Performance Index (SPI) a de nouveau progressé de 2,67% entre début juillet et fin septembre. Parmi les grands acteurs, Zurich Insurance (+12,4%), Nestlé (+7,1%) et Roche (+5,8%) ont été parmi les gagnants. En revanche, des valeurs bien plus cycliques comme par exemple Sika (-12,4%), Richemont (-11,6%) et Adecco (-5,9%) ont subi des pertes trimestrielles. Au cours de ce dernier trimestre, les obligations ont de nouveau porté leurs fruits: le Swiss bond Index a réussi à grimper à 1,65% et les fonds immobiliers suisses ont également continué leur croissance (+1,14%).

Net ralentissement économique. Toujours est-il que la dynamique haussière des marchés financiers a récemment fléchi surtouten raison de l’économie globale et son évolution poussive. C’est notamment le secteur industriel qui subit des pressions croissantes à cause des incertitudes géopolitiques latentes. Les indicateurs avancés pour le secteur manufacturier, publiés ces derniers jours, ont été particulièrement décevants. En Suisse, tant l’indicateur avancé KOF que l’indice des directeurs d’achat (cf. le graphique de la semaine) ont été d’une extrême faiblesse mais qui ne surprend qu’à prime abord. En effet, les données européennes publiées il y a une semaine déjà, et surtout celles d’Allemagne, indiquaient clairement cette tendance baissière. C’est surtout l’Allemagne, pays exportateur par excellence, qui se trouve actuellement en «pleine tourmente»: outre le poids du conflit commercial global, l’importante industrie automobile connaît également une crise (interne). Notre voisin septentrional est donc en récession «technique» et l’industrie suisse en pâtit visiblement aussi de plus en plus. Et ce n’est pas tout: l’indicateur avancé de l’activité industrielle aux Etats-Unis, publié mardi par l’«Institute for Supply Management» (ISM), a chuté de façon surprenante à 47,8 points et donc nettement au-dessous de la barre des 50 points, leditseuil entre expansion et contraction. De toute évidence, le conflit commercial qui couve, et qui n’est toujours pas résolu, se fait également sentir dans les données économiques américaines. En résumé, cela signifie que l’industrie mondiale est au bord de la récession. Les espoirs se portent donc sur lessecteursdes services et de la consommation, mais ces derniersprennent, eux aussi, des allures chancelantes.

On attend une solution dans le conflit commercial ou une relance budgétaire. Lentement mais sûrement, la politique monétaire frôle ses limites. Les acteurs du marché espèrent donc pouvoir relancer l’économie soit par un train de mesures budgétaires à l’aide de réductions fiscales ou de programmes d’infrastructure, soit par un règlementrapide du conflit commercial. Ces deux solutions demeurent toutefois discutables. En Europe, les obstacles restent élevés en matière de politique fiscale et, aux Etats-Unis, un train de mesures plus large a déjà été mis en œuvre avec la réforme budgétaire. Et les fronts se sont encore durcis dans le conflit commercial. Les négociations prévues à cette échelle entre la Chine et les Etats-Unis, qui débuteront le 10 octobre, sont donc grandement attendues. Mais sans rapprochement substantiel, cette fois encore, ou même un accord fondamental, il est fort à parier que la spirale économique baissière continuera son accélération. Les risques de récession augmenteraient alors considérablement, ce qui entraînerait d’importants ajustements tactiques dans l’allocation de fortune. Des espoirs, il en reste encore, certes. On sait bien que l’espoir fait vivre.

Graphique de la semaine

Le conflit commercial, le «Brexit» et les problèmes de l’industrie automobile allemande n’épargnent pas la Suisse. L’indice des directeurs d’achat pour l’industrie en Suisse a, de nouveau, baissé de manière notable et se situe désormais au-dessous de la barre des 50 points. Cela implique une baisse de la production industrielle et indique un risque accru de récession.

GROS PLAN

Célébration pompeuse de la fête nationale en Chine. Le 70e anniversaire de la République populaire a eu lieu en grande pompe et devant un grand défilé militaire. La Chine démontre ainsi sans doute sa force vers le monde extérieur, mais elle a d’importants soucis internes à régler. En effet, les protestations à Hong Kong se poursuivent sans relâche et le gouvernement peine à réaliser ses objectifs de croissance, notamment aussi à cause du conflit commercial persistant.

LE PROGRAMME

Nouveaux pourparlers sur le nucléaire. Les Etats-Unis et la Corée du Nord tentent à nouveau ce week-end de relancer les négociations sur le programme d’armement nucléaire, qui sont dans l’impasse.