Chine: la reprise reste plus rapide que dans le reste du monde

Arthur Jurus, Landolt & Cie

1 minutes de lecture

L’accélération de la croissance des injections de liquidités est un facteur clé de l’attractivité des actifs émergents en ce milieu d’année.

La croissance du PIB chinois a atteint 3,2% au second trimestre 2020 après une chute de 6,8% en début d’année. Ce chiffre, supérieur aux attentes des analyses, reste toutefois deux fois inférieur à la croissance de 6,1% observée en 2019.

Les indicateurs avancés sur l’activité PMI avaient signalés cette évolution, en particulier dans l’activité des services. Ce, en raison d’une demande étrangère plus importante qui a soutenu les exportations et les nouvelles commandes. Néanmoins, si l’optimisme sur l’amélioration de l’activité a progressé significativement, les plans d’investissement ont été revus en baisse et leur croissance en capacités productives a chuté de 3,1% au premier semestre. Par ailleurs, les ventes au détail ont poursuivi leur contraction en juin de 1,8% sur un an. Des comportements d’achat prudents qui confirment que le dynamisme du marché du travail reste faible en raison d’un rythme de créations d’emploi toujours modeste. L’amélioration de l’activité ces derniers mois ne signifie donc pas un retour au niveau d’activité pré-COVID.

La reprise reste toutefois plus rapide que dans le reste du monde en raison de politiques économiques agressives. L’expansionnisme monétaire et budgétaire chinois s’intensifiera pour stabiliser son économie. L’accélération de la croissance des injections de liquidités est un facteur clé de l’attractivité des actifs émergents en ce milieu d’année.

L’USD/CNY s’établissait à 7,0 ce matin suite à l’annonce. L’indice des actions chinoises CSI 300, en hausse de 16% depuis un mois, s’est corrigé de 3% - en particulier au chiffre décevant des ventes au détail.

A lire aussi...