Après la baisse du yen

DWS

2 minutes de lecture

Graphique de la semaine de DWS. La malédiction perpétuelle du Japon, à savoir la faiblesse de sa monnaie qui entraîne un état d'esprit déflationniste, pourrait enfin s'estomper.


© Keystone

À la fin des années 1990, un célèbre ouvrage rendait le yen responsable du malaise économique du pays1: «La pression incessante – implicite et explicite – exercée par les États-Unis pour que le yen s'apprécie de 360 pour un dollar en 1971 à seulement 80 en 1995 est à l'origine historique de la psychologie déflationniste du Japon», déplorait l'un des auteurs, soulignant combien il allait être difficile «de briser les espoirs d’un yen plus élevé dans cinq, dix ou vingt ans»2.

Un quart de siècle plus tard, il semble enfin que la malédiction d'un yen autrefois fort, entraînant un état d'esprit déflationniste, soit en train de s'estomper3. À plus de 136 yens pour un dollar, le yen se rapproche des niveaux de faiblesse observés pour la dernière fois au cours de l'été 1998. La dernière vente a eu lieu après que la Banque du Japon (BoJ) a réitéré son engagement à maintenir les rendements des obligations japonaises à 10 ans en dessous de leur limite supérieure de 0,25 point de pourcentage. «Cela a encore accéléré la ruée des investisseurs japonais, notamment les fonds de pension et les compagnies d'assurance, à la recherche de rendements plus élevés à l'étranger», note Xueming Song, stratège en chef des devises chez DWS. «Depuis 2013, la dépréciation du yen a principalement été alimentée par les flux de portefeuille sortants, dont seule une petite fraction tend à être couverte contre le risque de change».

La BoJ semble disposée à acquérir autant d'obligations d'État que nécessaire pour maintenir les rendements nationaux à un bas niveau jusqu'à ce que l'inflation dépasse durablement les 2%.

Comme le montre notre graphique de la semaine, la faiblesse du yen au cours des 12 derniers mois a effectivement reflété la hausse des rendements des bons du Trésor américain à 10 ans. Ces derniers, à leur tour, témoignent des attentes d'un resserrement des politiques monétaires aux États-Unis et dans une grande partie du reste du monde. La Banque d'Angleterre et même la Banque nationale suisse ont relevé leurs taux d'intérêt la semaine dernière. La Banque centrale européenne semble prête à faire de même en juillet.

En revanche, la BoJ semble disposée à acquérir autant d'obligations d'État que nécessaire pour maintenir les rendements nationaux à un bas niveau jusqu'à ce que l'inflation dépasse durablement les 2%4. La faiblesse du yen fait encore grimper les prix des importations. Même au Japon, les turbulences liées aux prix mondiaux de l'énergie et des produits alimentaires provoquée par la guerre en Ukraine par la Russie renforcent les pressions inflationnistes. Le gouvernement a réagi en adoptant un nouveau plan de relance budgétaire à l'approche des élections de la Chambre des conseillers, la chambre haute de la Diète du Japon, le 10 juillet. La campagne pourrait être marquée par des promesses de mesures supplémentaires. Le gouvernement espère que l'inflation incitera enfin les travailleurs à exiger des salaires plus élevés, ce qui entraînera une hausse des prix5.

En théorie, les signes de pressions inflationnistes devraient conduire à un relâchement du contrôle de la courbe des taux par la BoJ et stimuler le yen. «Mais n'y comptez pas encore», affirme Katrin Loehken, économiste pour le Japon chez DWS. «Ayant déjà été mise à mal à plusieurs reprises, la BoJ semble vouloir attendre des preuves concrètes que les attentes inflationnistes se réalisent d'elles-mêmes avant d'agir». En attendant, le yen pourrait bien continuer à se déprécier, mais si la tendance venait à s’inverser, les conséquences pourraient être dramatiques pour le reste du monde6.

Comment la hausse des taux d'intérêt américains affaiblit le yen

Sources: Bloomberg Finance L.P., DWS Investment GmbH au 21 juin 22

 

1 McKinnon, R., Ohno, K. (1997) «Dollar et Yen: Resolving Economic Conflict between the United States and Japan», MIT Press.
2 Patauger dans le piège du yen | The Economist
3 Les nombreuses vertus du yen, la monnaie la moins chère du monde riche | The Economist
4 Le Japon se démarque en poursuivant son vaste programme d'achat d'obligations | Financial Times (ft.com)
5 Une monnaie de plus en plus faible sauvera-t-elle ou fera-t-elle sombrer l'économie japonaise? | The Economist
6 Pourquoi le Japon est une menace inattendue pour la stabilité financière | Financial Times (ft.com)

A lire aussi...