Les prévisions d'inflation offrent un certain espoir

DWS

2 minutes de lecture

Graphique de la semaine de DWS. La réaction brutale des banques centrales et l'inflation record inquiètent les investisseurs. Mais les prévisions d'inflation restent étonnamment stables.


©Keystone

«Tout se presse après l'inflation, De l'inflation tout dépend! Ah, pauvres que nous sommes!» Contrairement à Johann Wolfgang Goethe, qui pourrait être surpris par le contenu de ce passage de la pièce de théâtre «Faust», dans lequel nous avons échangé «inflation» contre «or», les économistes pourraient contester l'idée que la «tendance» et la «dépendance» semblent se dérouler en parallèle.

L'époque si récente où la Banque centrale européenne (BCE) imprimait de l'argent pour échapper à la déflation et atteindre une inflation plus élevée ne semble soudain qu’un lointain souvenir. Aujourd'hui, cependant, tout dépend de l'inflation - hélas, nous sommes pauvres. Néanmoins, comme le montre notre graphique de la semaine, il est intéressant d'examiner ce qui se passe ou non en ce moment dans le monde de l'inflation. Les prévisions d’inflation (1) des marchés financiers pour les dix prochaines années, par exemple, sont assez similaires au taux d'inflation de base.

De nombreux investisseurs en obligations et en actions devraient se retrouver dans leur zone de confort.

Mais ils ne sont pas similaires au taux d'inflation global beaucoup plus élevé qui domine actuellement le monde entier. Sous l'effet de la guerre en Ukraine, des goulets d'étranglement de l'offre et des déséquilibres qui en découlent entre l'offre et la demande, l'inflation inquiète actuellement les consommateurs, les responsables politiques, les gestionnaires d'actifs et les banques centrales. Elle a également fait grimper les prévisions d'inflation à 10 ans, qui sont passées de bien moins de 2% avant l'invasion russe à 3% fin avril. Il s'agit d'un bond considérable en un laps de temps relativement court, qui inquiète particulièrement les banques centrales, traditionnellement très attentives aux prévisions d'inflation.

Mais alors que l'inflation a atteint de nouveaux sommets - en Allemagne, le taux annuel était de 7,9% en mai - les prévisions d'inflation ont à nouveau reculé, passant de 3% à 2,3% (2). Si l'on déduit de ce chiffre les prévisions d'inflation élevée pour 2022 et 2023, l'inflation qui en résulte pour les années 2024 à 2032 est plus proche de 2% - ce qui représente un niveau confortable pour la BCE. Si ces prévisions s'avèrent exactes, de nombreux investisseurs en obligations et en actions devraient également se retrouver dans leur zone de confort. Mais il est encore trop tôt pour se détendre. Les investisseurs pourraient être confrontés à la volatilité quelques mois de plus, étant donné que l'inflation continue de surprendre à la hausse et que les problèmes liés à l'offre restent importants. Mais comme l'a montré la réunion ad hoc de la BCE mercredi, la BCE reste très loin de sa zone de confort. Les inquiétudes se concentrent sur l'évolution des taux d'intérêt dans la zone euro. Le rendement des obligations d'Etat italiennes à 10 ans, par exemple, est passé de 1,2 à plus de 4% cette année. En outre, la BCE sait que les citoyens sont préoccupés par les prix qu'ils payent aujourd'hui et qu'il est peu probable qu'ils accordent une grande attention aux prévisions d'inflation. Mais la hausse modérée des prévisions d'inflation offre un certain soulagement, non seulement aux citoyens et aux banques centrales, mais aussi aux investisseurs.

Allemagne: anticipations d'inflation à 10 ans par rapport à l'inflation globale et sous-jacente

Graph
 

 

(1) Dérivés des rendements des Bunds à 10 ans indexés sur l'inflation (appelés break-evens).
(2) Source: Bloomberg Finance L.P. ; au 15/06/22

 

A lire aussi...