Zone euro: le chômage baisse à 8,4% en octobre

AWP

1 minutes de lecture

Le retour des mesures de confinement durant l’automne en Europe fait toutefois craindre une nouvelle dégradation économique et une nouvelle hausse du chômage en fin d’année.

Le chômage a légèrement reculé en octobre dans la zone euro à 8,4% de la population active, après 8,5% en septembre (chiffre revu en hausse de 0,2 point), a annoncé mercredi l’Office européen des statistiques.

Sur un an, le taux de chômage a cependant nettement augmenté sous l’effet de la pandémie de coronavirus, puisqu’en octobre 2019 il touchait 7,4% de la population active des 19 pays de la zone euro, selon Eurostat.

Les annonces de suppressions d’emplois se sont multipliées ces derniers mois malgré des plans d’aide inédits pour soutenir l’économie.

Le taux de chômage de l’Union européenne dans son ensemble a suivi la même tendance qu’en zone euro, tout en restant à un niveau inférieur: il s’élevait à 7,6% en octobre, stable par rapport à septembre mais en hausse d’un point par rapport à octobre 2019.

Eurostat estime que 16,236 millions d’hommes et de femmes étaient au chômage dans l’UE en octobre, dont 13,825 millions dans la zone euro.

L’institut de statistiques a entièrement révisé à la hausse sa série de chiffres des derniers mois.

Le taux de chômage avait initialement été annoncé à 7,9% en juillet, 8,1% en août et 8,3% en septembre. D’après les dernières données disponibles, il a atteint 8,7% en juillet, 8,6% en août et 8,5% en septembre.

Ces données, qui laissent finalement apparaître une baisse du chômage durant l’été, sont cohérentes avec l’évolution du Produit intérieur brut (PIB) qui a atteint une croissance jamais vue pendant cette période, après la récession historique du printemps.

Le retour des mesures de confinement durant l’automne en Europe fait craindre une nouvelle dégradation économique et une nouvelle hausse du chômage en fin d’année.

Mais pour l’année prochaine, l’optimisme est de retour. «La combinaison de plans de soutien des gouvernements et une hausse attendue de l’activité liée à l’arrivée de vaccins rendent moins probable une hausse du chômage en 2021», a estimé Jessica Hinds de Capital Economics, dans une note.

A lire aussi...