USA: net rebond des créations d’emplois privés en juillet

AWP

1 minutes de lecture

156.000 nouveaux emplois ont été enregistrés dans le seul secteur privé, contre 102.000 en juin, selon ADP. Les analystes tablaient sur 150.000 nouveaux postes.

Les créations d’emplois dans le secteur privé aux Etats-Unis ont nettement rebondi en juillet, et plus que prévu, selon l’enquête mensuelle d’ADP publiée mercredi, qui fait toutefois apparaître un recul marqué des nouvelles embauches pour les petites entreprises.

En outre, la tendance de fond reste un ralentissement de l’emploi depuis le début de l’année.

Quelque 156.000 nouveaux emplois ont été enregistrés dans le seul secteur privé, contre 102.000 en juin, indique la firme de fiches de paie ADP.

Mais l’embellie profite aux grandes entreprises (+78.000) et de taille moyenne (+67.000).

Les petites entreprises n’ont enregistré que 11.000 nouvelles embauches. Et, pour celles employant de 1 à 19 personnes, elles se sont au contraire effondrées (-18.000).

Globalement pour juillet, les analystes tablaient sur un nombre moins élevé (150.000).

Ces données, très volatiles ces derniers mois, s’étaient largement affichées au-dessus de la barre des 200.000 pendant trois mois sur quatre au début de l’année avant de marquer le pas.

«Bien que le marché du travail reste dynamique, il montre des signes d’affaiblissement», a résumé Ahu Yildirmaz, vice-président de la cellule d’études d’ADP. «Une modération de la croissance (de l’emploi) est attendue car le marché du travail se resserre davantage», a-t-il expliqué dans un communiqué.

De son côté, Mark Zandi, économiste en chef chez Moody’s Analytics, observe que la croissance de l’emploi reste «saine». Mais il souligne que les petites entreprises sont «les premières victimes» du ralentissement.

«Des pénuries de main-d’oeuvre, des licenciements chez les détaillants et un commerce mondial plus faible entravent la croissance de l’emploi», a-t-il également souligné.

Par secteurs, le manufacturier n’a enregistré que 1.000 nouvelles embauches en juillet, celui de la construction a rebondi avec 15.000 nouveaux postes mais le minier a enregistré une baisse de 6.000 emplois.

Le gouvernement publie vendredi les chiffres officiels de l’emploi pour juillet. Les analystes s’attendent à 160.000 nouvelles créations, secteurs public et privé confondus, contre 224.000 emplois enregistrés en juin.

Le ministère du Travail a par ailleurs publié mercredi l’indice du coût de l’emploi aux Etats-Unis qui a avancé de 0,6% au 2e trimestre, comme s’y attendaient les analystes.

Mais sur un an, la hausse du coût de l’emploi a ralenti à 2,7% en juin contre 2,8% en mars, à la fin du 1er trimestre.

Les salaires, qui représentent 70% des revenus, ont avancé de 0,7% sur le trimestre tandis que les avantages sociaux (contribution à l’assurance maladie, congé parental...) qui composent les 30% restant des rémunérations, ont augmenté de 0,5%, moins vite qu’au 1er trimestre.

Paul Ashworth, économiste en chef pour Capital Economics note que «malgré un taux de chômage bien en dessous de 4%, la croissance annuelle du coût de l’emploi est tombée à 2,7% au lieu de 2,8% au 1er trimestre et 2,9%, son pic, à la fin 2018».

«Cela fournit un argument supplémentaire à la Fed pour baisser les taux à titre de précaution», a-t-il ajouté.

A lire aussi...