USA: les ventes au détail rebondissent fortement en mars

AWP

1 minutes de lecture

L’indice des ventes des détaillants et restaurants s’est établi à 514,1 milliards de dollars, en hausse de 1,6% par rapport à février, alors que les analystes misaient sur un progrès de 0,9%.

Les ventes de détail aux Etats-Unis ont fait un bond en mars, dépassant largement les attentes des analystes et signant leur plus forte hausse en un an et demi, selon les chiffres du département du Commerce publiés jeudi.

L’indice des ventes des détaillants et restaurants s’est établi à 514,1 milliards de dollars, en hausse de 1,6% par rapport à février, alors que les analystes misaient sur un progrès de 0,9%, indiquent ces données corrigées des variations saisonnières.

En février, les ventes au détail avaient reculé de 0,2%.

Sur un an, elles sont en hausse de 3,6%.

En mars, elles ont été tirées par une forte progression des ventes de voitures (+3,1%), la plus forte hausse de l’année pour le secteur, mais aussi par une vive augmentation du prix de l’essence (+3,5% pour les ventes des stations-services).

Tous les secteurs ont progressé, de l’ameublement (+1,7%) à l’habillement (+2%) en passant les ventes d’électronique et électroménagers (+0,5%) et l’alimentation (+1%).

Sans les ventes de voitures et de pièces détachées, l’indice a avancé de 1,2%.

Si elles ne représentent environ qu’un gros quart de la consommation car les Américains dépensent davantage dans les services, les ventes au détail donnent une première idée de l’évolution des dépenses de consommation des ménages, moteur traditionnel de la croissance américaine.

Les chiffres de mars vont rassurer les analystes sur la vigueur de la croissance au deuxième trimestre après l’inquiétude apportée par les mauvaises performances de février et surtout de décembre. A la fin de l’année, malgré la saison des fêtes et à cause de la fermeture des services administratifs («shutdown»), les ventes au détail avaient été en berne.

Pour Chris Low, économiste à FTN Financial, «rarement un indicateur aussi important a produit autant de confusion qu’avec les ventes au détail réalisées au cours des quatrième et premier trimestres». Celles-ci «ont stagné en novembre, ont plongé en décembre, ont légèrement reculé en janvier, ont diminué en février et ont finalement atteint un nouveau sommet en mars», a-t-il noté. Il estime que les ventes au détail vont «stimuler à nouveau les prévisions du PIB pour le premier trimestre, ce qui ajoute, selon lui à l’idée, que le ralentissement de l’économie mondiale «a touché le fond et commence à s’améliorer».

Andrew Hunter de Capital Economics, estime également que le rebond de mars «ajoute une note légèrement plus positive que ne le montraient les récentes données et rassure sur le fait que l’économie n’est pas en train de s’effondrer».

Mais il estime toujours que du fait «de la disparition du stimulus budgétaire et de l’impact des hausses de taux de la Fed, la croissance du PIB sera contenue sous les 2% dans les trimestres à venir».

A lire aussi...