USA: l’inflation annuelle s’est accélérée en décembre à 1,6%

AWP

1 minutes de lecture

Si l’on exclut les prix volatils des secteurs alimentaire et énergétique, l’indicateur de l’inflation dite sous-jacente a également accéléré à 1,6% après 1,5% le mois précédent.

L’inflation annuelle aux Etats-Unis a accéléré en décembre pour atteindre 1,6% mais elle est restée inférieure à la cible des 2% visée par la Banque centrale américaine, selon l’indice PCE publié vendredi.

Si l’on exclut les prix volatils des secteurs alimentaire et énergétique, l’indicateur de l’inflation dite sous-jacente a également accéléré à 1,6% après 1,5% le mois précédent, selon les données du département du Commerce.

L’indice PCE est celui qui est le plus suivi par la Fed pour mesurer l’évolution des prix. Sur un mois, l’indice PCE progresse de 0,3% avec une baisse de 0,5% des prix des biens durables compensée en partie par une hausse de 0,6% des prix des biens non durables.

L’autre indice, PCI, publié le 14 janvier, a fait apparaître une accélération de 0,2%, tirés notamment par les prix de l’essence.

Si une modeste inflation satisfait les consommateurs qui paient moins chers leurs produits, elle inquiète toujours les banques centrales qui redoutent un cercle vicieux vers la déflation.

Une inflation trop basse laisse aussi moins de marge de manoeuvre à la Fed «pour réduire les taux d’intérêt afin de soutenir l’économie en cas de ralentissement», a rappelé cette semaine Jerome Powell, son président. «Nous sommes déterminés à éviter cela, en particulier ici aux Etats-Unis», a-t-il souligné.

En décembre, les dépenses des ménages américains ont augmenté plus vite que leurs revenus avec des hausses respectives de 0,3% et 0,2% comparé au mois de novembre.

Les analystes s’attendaient, eux, à une hausse de 0,3% des revenus comme des dépenses.

Sur l’ensemble de l’année 2019, la hausse des revenus a ralenti (4,5% contre 5,6% en 2018).

Les dépenses des ménages, principal locomotive de la croissance aux Etats-Unis, sont également restées soutenues (2,6%), mais toutefois inférieures à celles enregistrées l’année précédente (+3%).

L’expansion du PIB de la première économie du monde a ralenti l’an passé à 2,3% en rythme annuel contre 2,9% en 2018, avait dévoilé jeudi le département du Commerce. Il s’agit de la première estimation qui est sujette à révision à mesure que l’administration américaine dispose de données plus précises.

Le ministère du Travail a parallèlement publié vendredi l’indice du coût de l’emploi pour le dernier trimestre de l’année 2019 qui a augmenté de 0,7% comme le trimestre précédent et conforme aux attentes des analystes. Sur un an, il est en hausse de 2,7%.

Les salaires, qui représentent quelque 70% des revenus, ont avancé de 0,7% au cours des trois derniers mois de l’année contre 0,9% au troisième trimestre.

Les avantages sociaux (contribution à l’assurance maladie, congé parental...) qui composent les 30% restant des rémunérations, ont augmenté de 0,5% également au dernier trimestre, soit moins vite qu’au trimestre précédent (+0,6%).

Sur l’ensemble de l’année 2019, les salaires se sont inscrits en progression de 2,9% contre 3,1% en 2018 tandis que les avantages sociaux sont en progression de 2,2% après 2,8%.

A lire aussi...