UBS anticipe une nouvelle détérioration du système de prévoyance

AWP

1 minutes de lecture

L’indice de prévoyance UBS a atteint un nouveau plus bas au cours du troisième trimestre, poursuivant la tendance constatée depuis près de trois ans.

Le système de prévoyance helvétique s’est encore détérioré et cela ne devrait pas s’arranger avec le vieillissement à un rythme soutenu de la population, indique une étude d’UBS publiée mercredi.

L’indice de prévoyance UBS, qui mesure depuis 2005 la santé du système, a atteint un nouveau plus bas au cours du troisième trimestre, poursuivant la tendance constatée depuis près de trois ans. Aux deuxième et troisième trimestres 2019, l’évolution négative s’est même accentuée.

Le principal facteur de cette détérioration est le sous-indice Démographie: toujours moins d’actifs financent toujours plus de rentiers.

Le problème va sans doute encore s’aggraver lorsque la génération dite des «baby boomers» (nés entre la fin de la Seconde guerre mondiale et le milieu des années 60, ndlr) atteindra l’âge de la retraite ces prochaines années, prévient la banque aux trois clés, et ce alors que le taux de natalité ne décolle pas.

Parmi les quatre composantes prises en compte pour calculer l’indice, celle de la conjoncture est également pointée du doigt. Le climat économique s’est constamment assombri depuis le début des hostilités commerciales entre Washington et Pékin, et la conjoncture helvétique a connu une baisse de régime en raison de la contraction des exportations et des investissements, même si la consommation intérieure a quelque peu contrebalancé ces effets, soulignent les auteurs de l’étude.

Les marchés financiers en revanche pourraient représenter une planche de salut pour les institutions de prévoyance. A la faveur de l’ouverture des vannes monétaires adoptée par la plupart des principales banques centrales, les actions, les emprunts et l’immobilier ont agréablement surpris, faisant fi des nombreuses incertitudes, relève le rapport.

Cela ne suffit toutefois pas à réduire la redistribution du 2e pilier des jeunes vers les aînés, étrangère à la logique du système, ou à sortir de l’ornière financière dans laquelle se trouve l’AVS. Le numéro un bancaire helvétique juge ainsi que des réformes sont urgemment nécessaires.

Et de rappeler que le peuple s’est exprimé en mai dernier en faveur du projet de Réforme fiscale et de financement de l’AVS (RFFA). Cependant, l’objectif d’un système de prévoyance stable sur le long terme reste encore une musique d’avenir, selon UBS.