Relief Therapeutics retrouve les chiffres noirs au premier semestre

AWP

1 minutes de lecture

Le bénéfice net semestriel a atteint 8,25 millions de francs, à comparer à la perte nette de 556’000 francs il y a un an.

La société pharmaceutique genevois Relief Therapeutics a retrouvé les bénéfices au premier semestre, période marquée par les études cliniques sur le traitement de patients atteints de Covid-19 avec le traitement expérimental RLF-100 (aviptadil). La rentabilité s’est cependant détériorée.

Le bénéfice net semestriel a atteint 8,25 millions de francs, à comparer à la perte nette de 556’000 francs il y a un an, indique mardi la biotech. Le résultat brut d’exploitation (Ebitda) s’est encore enfoncé dans le rouge, à -1,3 million contre -532’000 francs précédemment.

La cession de filiale opérationnelle Relief Therapeutics à l’américain Sonnet Biotherapeutics, finalisée en avril, a permis au groupe genevois d’engranger un gain de quelque 3 million de francs.

La société a bouclé la période sous revue avec des liquidités à hauteur de 1,7 million de francs. Ce montant s’élevait à 32 millions à fin août, suite à la facilité de souscription convenue avec le principal actionnaire GEM Global Yield Fund.

«La société est entièrement financée pour mener à bien les deux études américaines en cours sur le Covid-19 et se prépare désormais aux études européennes avec le RLF-100», affirme le président Raghuram Selvaraju, cité dans le communiqué.

Début août, le laboratoire genevois Relief Therapeutics a obtenu de l’autorité sanitaire aux Etats-Unis (FDA) un feu vert pour évaluer le RLF-100 en inhalation chez des patients souffrant d’une forme modérée à sévère de Covid-19, avec pour objectif d’éviter une aggravation de la maladie vers une déficience respiratoire.

 

A lire aussi...