Le Top 50 des cryptos suisses a vu sa valeur fondre en fin d’année

AWP

1 minutes de lecture

Du fait de la chute du cours des monnaies numériques, la valeur a été ramenée à 20 milliards de dollars fin décembre, alors qu’elle était encore de 44 milliards à fin septembre, selon CV VC.

Les entreprises actives dans les cryptodevises et la technologie des chaînes de blocs («blockchain») ont connu une fin d’année difficile en Suisse. Les 50 plus importantes basées dans la «Crypto Valley» helvétique ont vu leur valeur de marché fondre de plus de moitié au dernier trimestre 2018.

Du fait de la chute du cours des monnaies virtuelles observée pendant cette période, celle-ci a été ramenée à 20 milliards de dollars (presque autant en francs) fin décembre, alors qu’elle était encore de 44 milliards à fin septembre, soit une chute de 55% en l’espace de trois mois. C’est ce que révèle une étude menée par la société d’investissement CV VC, en collaboration avec les cabinets de conseil PwC et Inacta, parue jeudi.

«Le rapport reflète la correction entamée début 2018 et essentiellement basée sur les cryptodevises», souligne Mathias Ruch, fondateur et directeur général de CV VC, cité dans un communiqué. Il montre également qu’un grand nombre de jeunes pousses ont su se frayer un chemin, malgré ce qu’il qualifie de «crypto-hiver».

Selon une estimation du spécialiste de la branche Coinmarketcap, le marché des cryptodevises représentait fin 2018 une valorisation de 130 milliards de dollars au niveau mondial. Et à en croire l’étude, le Top 50 de la «Crypto Valley» représente à lui seul une part de près de 20%, avec près de 2,9 milliards récoltés sur l’ensemble de l’exercice.

«En moyenne, chaque entreprise du Top 50 est valorisée à 400 millions de dollars», signalent les auteurs de l’étude, précisant que ce chiffre est passe à 365 millions si l’on fait abstraction des cinq plus grandes entreprises: «la concentration est relativement minime».

Les 50 plus grandes sociétés blockchain établies en Suisse et au Liechtenstein emploient 420 personnes et l’ensemble de la branche - environ 750 entreprises - quelque 3300 collaborateurs, principalement dans les régions de Zoug et de Zurich.

Si c’est dans ces deux cantons que sont concentrées la plupart d’entre elles, l’étude en recense 42 à Genève, 39 au Tessin et 38 au Liechtenstein.

A lire aussi...