La production suisse de ciment menacée d’érosion d'ici 2024

AWP

1 minutes de lecture

Un rapport rédigé sous la direction du Service géologique national de swisstopo relève la nécessité de nouvelles autorisations dans les zones d’expansion des carrières.

Sans extension des sites d’extraction, la production suisse de ciment pourrait reculer dès 2024, selon un rapport dont le Conseil fédéral a pris connaissance vendredi. En 2019, ces besoins étaient couverts à 86% par les six cimenteries suisses et à 14% par des importations.

Pour la réalisation et l’entretien des projets de construction et d’infrastructure, la Suisse a besoin d’environ 5 millions de tonnes de ciment par an, précise le rapport rédigé sous la direction du Service géologique national de swisstopo. La Confédération possède d’abondants gisements des deux plus importantes matières premières du ciment, le calcaire et la marne.

L’accès à ces matières est cependant partiellement limité pour certaines cimenteries, en raison de conflits croissants entre des intérêts opposés en matière de protection et d’utilisation du territoire et à des oppositions aux projets d’extension des sites d’extraction.

Vue d’ensemble nationale

Sans nouvelles autorisations dans les zones d’expansion des carrières, la couverture de l’approvisionnement national en ciment par la production suisse tomberait à environ 64% à partir de 2024. Si les projets d’expansion étaient accepté d’ici 2023, ce déclin serait reporté à la fin de 2030.

La compétence en matière d’autorisation des projets d’extraction relève en premier lieu des cantons et des communes. Le groupe de suivi du rapport appelle toutefois à localiser les gisements du pays susceptibles d’être exploités, évaluer leurs caractéristiques géologico-économiques et les intégrer dans une vue d’ensemble nationale.

L’Office fédéral de l’environnement (OFEV) étudie également la piste d’une possible substitution de matières primaires par des matières secondaires. Cela n’est actuellement possible que dans une mesure limitée, mais les technologies permettant d’obtenir du béton sans ciment sont actuellement en phase de développement.

A lire aussi...