Feu vert à Paris au rachat de CarPostal France par Keolis

AWP

1 minutes de lecture

Le surveillant français de la concurrence autorise, sans condition, la cession de l’antenne française de la filiale de La Poste.

L’Autorité de la concurrence française a autorisé le rachat de CarPostal France, filiale de la société suisse CarPostal, par Keolis, filiale de la SNCF, a fait savoir l’institution parisienne jeudi.

«L’opération ne posant pas de problèmes de concurrence, l’Autorité a autorisé l’opération sans condition», selon le communiqué. En mai dernier, La Poste, qui détient la filiale CarPostal, et Keolis, avaient signé un contrat d’exclusivité en vue de la vente. Celle-ci se fait dans le cadre de la réorganisation de CarPostal après le scandale des subventions.

L’Autorité de la concurrence a procédé à «un examen des effets de cette opération sur les marchés du transport public urbain de voyageurs et du transport interurbain de voyageurs, hors Île-de-France».

Les deux sociétés «sont simultanément actives» dans les départements de l’Isère, de la Loire, de la Saône-et-Loire, de l’Hérault et des Bouches-du-Rhône. La concurrence sur ces marchés s’exerce au stade de la réponse aux appels d’offres lancés par les collectivités publiques (villes, départements, régions).

Concernant le marché du transport urbain de voyageurs, l’Autorité de la concurrence a relevé que Keolis et CarPostal France ne postulaient généralement pas aux mêmes appels d’offres. Elle a aussi relevé la présence d’autres concurrents, tels Transdev et RATP Dev.

A propos du marché du transport interurbain de voyageurs, l’instruction a révélé que «les parties exerçaient entre elles dans certains départements une pression concurrentielle2, mais qu’elles avaient des parts de marché limitées. De plus, d’autres opérateurs sont également présents.

A lire aussi...