EY perçoit de nouvelles IPO cette année

AWP

1 minutes de lecture

Le plongeon des cours de février et la volatilité accrue sur les places boursières internationales n’a que peu entamé le marché mondial des IPO au cours du premier trimestre.


© Keystone

Les trois introductions à la Bourse suisse réalisées au premier trimestre 2018, concentrées sur la semaine dernière, laissent augurer de nouvelles opérations de ce type dans le courant de l’année, anticipe le cabinet de conseil EY dans un rapport publié mardi. Au niveau mondial, les arrivées de titres d’entreprises sur les places financières ont fondu d’un bon quart, mais les volumes d’émission correspondants ont enflé de 28%.

«Le plongeon des cours de février et la volatilité accrue sur les places boursières internationales n’a que peu entamé le marché mondial des IPO au cours du premier trimestre. C’est ce qui s’est vérifié également pour les trois introductions en Bourse (IPO) réalisées en Suisse en mars», indique Jolanda Dolente, partenaire de EY Suisse citée dans le rapport.

La plateforme élitiste Asmallworld a sauté le pas mardi dernier, le producteur de capteurs Sensirion mercredi et le fabricant de matériel chirurgical Medartis vendredi. Le spécialiste de l’approvisionnement en vol Gategroup en revanche renoncé ce lundi à son projet de réintroduction en Bourse, jugeant l’intérêt des détenteurs de capitaux insuffisant.

L’émanation de feu la compagnie nationale Swissair avait encore confirmé début mars ses intentions de refaire son entrée à la Bourse suisse après avoir été retirée de la cote fin avril 2017.

En intégrant le reste du monde, pas moins de 287 sociétés ont décroché une cotation, pour des émissions correspondantes de 42,8 milliards de dollars. Le nombre d’introductions en Bourse (IPO) dépassant le milliard de dollars d’émission a été multiplié par trois, à six.

L’Empire du Milieu, qui avait dominé le marché des IPO l’an dernier, a essuyé un plongeon de près de trois quart du nombre d’opérations. La multiplication des réglementations et le ralentissement des processus de validation en Chine n’ont toutefois pas empêché la région Asie-Pacifique de demeurer la plus dynamique en comparaison régionale.

Europe et Etats-Unis ont repris du poil de la bête en termes de volume. Le nombre d’IPO s’est étoffé outre-Atlantique, alors qu’il s’est quelque peu érodé sur le Vieux continent.

 

Lire sur ce sujet l'article «IPO: foncer… ou attendre!»

A lire aussi...