Tokyo cède 0,53% en clôture

AWP

1 minutes de lecture

Le Nikkei a perdu 116,72 points à 21.919,33 points. Il avait abandonné 2,39% mardi. L’indice élargi Topix a reflué également de 0,53%.

La Bourse de Tokyo, qui avait ouvert mercredi en nette baisse de 1,5% plombée par la chute de Wall Street, a fini sur un recul beaucoup plus modéré de 0,53%, aidée par une relative stabilité du yen face au dollar.

A l’issue des échanges, l’indice Nikkei des 225 valeurs vedettes a perdu 116,72 points à 21.919,33 points. Il avait abandonné 2,39% mardi.

L’indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a reflué également de 0,53% (-8,71 points) à 1.640,49 points.

Wall Street avait fortement chuté mardi, sur fond de craintes que la trêve commerciale entre les Etats-Unis et la Chine ne soit qu’une posture de façade.

La «courbe des taux d’intérêt» a aussi participé au plongeon de la place américaine mardi, les courtiers s’affolant des mauvais présages prêtés à cette courbe lorsque le taux d’intérêt à deux ans devient plus élevé que le taux à long terme. Cela pourrait annoncer une récession.

Sur le volet des changes, le dollar refluait très légèrement à 113,05 yens, contre 113,13 yens mardi au moment de la fermeture de la place tokyoïte. Il était bien plus bas en tout début de journée et cela pesait sur les actions. L’euro se repliait pour sa part à 127,99 yens contre 128,71 yens.

Du côté des valeurs, les titres technologiques, particulièrement dans le secteur des semiconducteurs, ont été délaissés: Advantest a décliné de 4,60% à 2.300 yens et Sumco de 3,35% à 1.611 yens.

Des titres du monde financier ont également été délaissés: -3,28% à 484,2 yens pour Nomura Holdings, -4,39% à 697 yens pour Chiba Bank.

Les investisseurs ont par ailleurs apprécié l’approbation donnée par les actionnaires à la direction du laboratoire pharmaceutique Takeda pour l’acquisition de l’Irlandais Shire moyennant 46 milliards de livres (51,5 milliards d’euros au cours actuel). L’action Takeda a pris 1,07% à 4.240 yens.

Le titre du géant japonais Mitsubishi Heavy Industries (MHI) a lâché 0,97% à 4.282 yens, après avoir connu un reflux de plus de 2% en début de journée. Le quotidien Nikkei a indiqué que MHI allait renoncer au projet de construction de réacteurs en Turquie en partenariat avec le français Engie, en raison de coûts de sûreté qui flambent.

«Nous avons remis à la Turquie une étude de faisabilité qui est actuellement en cours d’examen par le gouvernement et le ministère de l’Energie, mais nous ne pouvons pas en dire davantage à ce stade», a répondu à l’AFP un porte-parole du groupe japonais.

Mitsubishi Heavy Industries (MHI), aidé par le gouvernement japonais, avait remporté en 2013 avec le français Framatome (ex-branche réacteurs d’Areva désormais passée sous le contrôle d’EDF) un contrat pour 4 tranches nucléaires basées sur des réacteurs de moyenne puissance co-développés entre MHI et Areva sous l’appellation Atmea.

Devait ainsi émerger à Sinop, sur les bords de la mer Noire, une centrale nucléaire de 4.400 mégawatts.

Du côté des traditionnelles valeurs vedettes, Toyota a stagné (-0,01%) à 6.910 yens, Nissan a grignoté 0,06% à 995,2 yens et le fleuron de l’électronique Sony a laissé filer 0,31% à 5.935 yens.

A lire aussi...