Les marchés européens subissent le durcissement des restrictions

AWP

1 minutes de lecture

Le CAC 40 a lâché 5,95 points à 4’941,66 points. Ailleurs en Europe, le FTSE a reculé de 0,58% à la clôture, en raison notamment de la baisse de la livre, et le DAX a gagné 0,07%.

Les Bourses européennes ont clôturé en ordre dispersé mercredi, perturbées par l’aggravation de la situation sanitaire et les restrictions imposées par les dirigeants, à l’instar de celles du président français Emmanuel Macron attendues dans la soirée.

L’indice CAC 40 a lâché 5,95 points à 4’941,66 points. Ailleurs en Europe, le FTSE à Londres a reculé de 0,58% à la clôture, en raison notamment de la baisse de la livre, et le DAX allemand a gagné 0,07%.

A la mi-séance à Wall Street, le Dow Jones perdait 0,57%, le Nasdaq 1,06% et le S&P 500 0,70%, le plan de relance américain étant toujours dans l’impasse.

Concernant l’Europe, «la crise sanitaire inquiète de plus en plus», signale David Madden, analyste pour CMC Markets UK.

Face au regain de l’épidémie en France, le président Emmanuel Macron doit annoncer mercredi soir de nouvelles mesures contraignantes, voire des couvre-feux, qui devraient surtout toucher les grandes villes où l’épidémie de Covid-19 s’emballe.

L’Europe vit déjà depuis plusieurs semaines au rythme des annonces de restrictions, en vigueur de l’Allemagne à l’Espagne en passant par le Royaume Uni et l’Italie.

Les indices boursiers ne glissent toutefois pas outre-mesure, la situation sanitaire étant beaucoup moins critique que lors de la première vague, et les conséquences économiques moins graves jusque-là.

«Dans la mesure ou la pandémie n’entraine pas de dégâts catastrophiques, les marchés ne pensent pas que l’on va retourner dans un reconfinement généralisé», selon Waldemar Brun-Theremin, gérant pour Turgot Asset Management.

Sur le marché obligataire, les taux d’intérêt sur la dette à 10 ans des principaux Etats de la zone euro ont été quasi stables, seul le taux allemand reculant de trois points de base à -0,58%.

GROS Appétit POUR LA LIVRAISON DE REPAS

Ils sont parmi les grands gagnants de la crise du COVID-19 et montent lorsque la situation sanitaire empire. Just Eat a bondi de 6,36% à 9’404,00 pence après la publication de ventes en hausse de 46% sur un an au troisième trimestre. A Francfort, un autre géant du secteur, Delivery Hero, a gagné 4,69% à 103,85 euros.

LE LUXE PÉNALISE LE CAC 40

Le secteur du luxe, poids lourd de la cote, a tiré la cote vers le bas. LVMH, dont les résultats trimestriels sont attendus jeudi après la clôture, a reculé de 1,09% à 412,20 euros, et Kering de 1,56% à 580,00 euros. Hermès a cédé pour sa part 0,62% à 775,00 euros.

LAGARDèRE GAGNE UNE MANCHE

Le tribunal de commerce de Paris a débouté mercredi le géant des médias Vivendi (+0,12% à 25,08 euros), contrôlé par Vincent Bolloré, et le fonds activiste Amber Capital, actionnaires du groupe Lagardère (+1,01% à 23,98 euros).

Ils réclamaient la désignation d’un mandataire ad hoc chargé de convoquer une assemblée générale, en vue de renverser le conseil de surveillance et y être représentés en nommant quatre nouveaux membres.

Les indices en bref

Francfort-Dax+0,07%13.028,06 points
Paris CAC 40-0,12%4.941,66 points
Londres FTSE 100-0,58%5.935,06 points
Zurich-SMI-0,42%10.292,66 points
Madrid-IBEX35+0,60%6.916,60 points
Amsterdam-AEX-0,09%571,98 points
Bruxelles - Bel 20-0,13%3.316,16 points
Lisbonne-PSI 20+0,34%4.300,30 points
Milan-FTSE MIB+0,25%19.607,73 points

A lire aussi...