Le coronavirus pèse sur les Bourses européennes, à la veille du Brexit

AWP

1 minutes de lecture

L’Eurostoxx abandonne 1,35% à la clôture.

Les Bourses européennes ont terminé en net repli vendredi, à quelques heures de la sortie officielle du Royaume-Uni de l’Union européenne et dans un contexte d’inquiétudes persistantes liées à l’épidémie de coronavirus.

Cette dernière journée vient clore une semaine durant laquelle les marchés européens n’ont cessé de faire le yoyo, alternant séances positives et négatives.

Les investisseurs ont eu tout loisir vendredi de peaufiner leurs positions avant le déclenchement du Brexit, qui deviendra officiel vendredi à minuit.

En parallèle, le bilan du nouveau coronavirus s’est alourdi vendredi à 213 morts en Chine et environ 10.000 cas de contamination en Chine continentale (hors Hong Kong). Deux cas d’infection au nouveau coronavirus ont été confirmés pour la première fois vendredi au Royaume-Uni.

Plusieurs pistes de traitements sont à l’étude contre ce virus et la Commission européenne a annoncé vendredi une subvention de 10 millions d’euros pour soutenir la recherche à ce sujet.

Au final, Milan a enregistré la plus forte baisse (-2,29%), devant Amsterdam (-1,58%), Londres (-1,30%), Francfort (-1,22%), Madrid (-1,16%), Paris (-1,11%), la Bourse suisse (-1,00%) et Bruxelles (-0,52%). Seul Lisbonne (+0,11%) a échappé à ce mouvement de baisse généralisé.

L’Eurostoxx a, quant à lui, abandonné 1,35%.

Le secteur automobile a été particulièrement affecté: Peugeot a lâché 2,69% à 18,61 euros et Renault 0,94% à 35,24 euros. Les équipementiers Valeo (-1,07% à 26,92 euros) et Plastic Omnium (-2,07% à 22,70 euros) ont subi le même sort. En Allemagne, les constructeurs Volkswagen et Daimler ont perdu respectivement 0,99% à 162,38 euros et 2,30% à 41,81 euros.

Du côté des États-Unis, le Dow Jones cédait 1,85% à 28.325,79 points aux alentours de 19H15 GMT, après avoir lâché plus de 2% quelques minutes auparavant.

Cette forte baisse de l’indice vedette de la Bourse de New York en cours de séance était due à l’inquiétude grandissante des acteurs du marché face à l’épidémie du nouveau coronavirus.

A lire aussi...