Bonds Europe: légère tension malgré le peu d’actualités majeures

AWP

1 minutes de lecture

Le taux allemand à dix ans a légèrement progressé, à -0,254% contre -0,298% mardi soir à la clôture.

Le marché de la dette souveraine s’est légèrement tendu mercredi malgré l’absence d’événement macroéconomique majeur à l’orée d’une période de fin d’année traditionnellement calme.

«On est dans la trêve de Noël, il n’y a pas grand-chose à dire...», résume pour l’AFP, Jean-François Robin, stratégiste obligataire chez Natixis.

«Difficile de trouver un catalyseur pour expliquer ce mouvement», abonde François Raynaud, gérant allocation d’actifs et dettes souveraines chez Edmond de Rothschild AM.

Les principaux dossiers qui ont animé les marchés en 2019 paraissent en effet digérés pour cette année, après l’accord sino-américain et la victoire de Boris Johnson aux élections britanniques.

«On semble avoir un accord de phase I sur la guerre commerciale et le Brexit a donné son verdict. Les éléments de fin d’année sont derrière nous», estime M. Robin.

«Il n’y a pas grand-chose à attendre d’ici la fin de l’année...il n’y a pas de tensions qui se dessinent», poursuit-il.

Dans la soirée, les investisseurs surveilleront d’un oeil le vote de la Chambre des représentants contrôlée par l’opposition démocrate pour mettre en accusation le président Trump en vue d’une éventuelle destitution.

Mais les chances de réussite de cette procédure restent faibles vu qu’elle doit être validée par le Sénat aux mains des républicains toujours fidèles au chef de l’exécutif.

«Le marché a compris que de toute façon ce ne sera pas voté par le Sénat. Ce n’est pas quelque chose qui les inquiète», confirme M. Robin.

Les indicateurs macroéconomiques n’ont pas non plus bouleversé les investisseurs.

«Le chiffre du jour c’était l’inflation en zone euro et il est sorti comme attendu à 1%», rappelle M. Robin.

Le moral des entrepreneurs allemands a néanmoins davantage progressé que prévu, en revanche la croissance française devrait selon l’Insee ralentir à 0,2% au premier trimestre 2020.

Au Royaume-Uni l’inflation est restée inchangée (1,5%).

A 18H00 (17H00 GMT), le taux allemand à dix ans a légèrement progressé, à -0,254% contre -0,298% mardi soir à la clôture du marché secondaire, où s’échange la dette déjà émise.

Le rendement de même maturité de la France a suivi la même trajectoire, à 0,047 % contre -0,001%, tout comme celui de l’Espagne, à 0,421% contre 0,387%. Le taux de l’Italie se tendait même un peu plus à 1,334 contre 1,269%.

Au Royaume-Uni, le taux d’emprunt à dix ans était quasi stable à 0,772% contre 0,758%.

Aux Etats-Unis, le taux à dix ans montait à 1,922% contre 1,880% mardi, à l’instar de celui à 30 ans, à 2,351% contre 2,306%. Celui à deux ans montait légèrement à 1,635% contre 1,622%.

A lire aussi...