USA: baisse des reventes de logements en novembre

AWP

1 minutes de lecture

Les reventes de logements ont baissé de 1,7% par rapport à octobre pour tomber à 5,35 millions en rythme annuel, quand les analystes anticipaient 5,45 millions.

Les reventes de logements aux Etats-Unis ont baissé en novembre contrariant les attentes des analystes, selon les données de l’Association nationale des agents immobiliers américains (NAR) publiées jeudi.

Les reventes de logements ont baissé de 1,7% par rapport à octobre en données corrigées des variations saisonnières pour tomber à 5,35 millions en rythme annuel, quand les analystes anticipaient 5,45 millions.

Sur 12 mois, les ventes de logements anciens sont en hausse de 2,7%.

Lawrence Yun, économiste en chef de NAR, a estimé que la baisse des ventes de novembre n’était pas préoccupante. «Les ventes seront volatiles lorsque les niveaux de stocks seront bas, mais l’économie se porte très bien par ailleurs avec plus de 2 millions de créations d’emplois au cours de la dernière année», a-t-il commenté, cité dans un communiqué.

Fait notable, les stocks, déjà considérés comme peu fournis, ont chuté de 7,3% en novembre par rapport au mois précédent pour s’établir à 1,64 million. Sur un an, ils sont en baisse de 5,7%.

Au rythme de ventes actuel, cela représente seulement 3,7 mois de stock, contre 4 mois il y a un an.

Avec l’amenuisement des stocks, le prix médian d’un logement ancien a continué d’augmenter pour s’établir à 271’300 dollars, soit +5,4% sur un an, marquant une progression pour le 93e mois d’affilée.

«C’est un peu décevant», a commenté Ian Shepherdson, chef économiste de Pantheon Macroeconomics, notant que la baisse a été répartie entre les maisons individuelles et les immeubles d’habitation.

Il a toutefois rappelé que ces données étaient volatiles d’un mois à l’autre et «la tendance à la hausse des demandes de prêts hypothécaires indique clairement une augmentation des ventes au cours des prochains mois».

«En dépit de ce rapport, le logement reste un motif de satisfaction pour l’économie» américaine, a conclu M. Shepherdson.

A lire aussi...