Peach Property: Kreissparkasse Biberach monte à près de 11%

AWP

1 minutes de lecture

Dans le cadre d’une augmentation de capital de la société immobilière, la caisse d’épargne allemande a acquis 164’000 nouvelles actions.

Un des principaux actionnaires de la société immobilière Peach Property a renforcé ses positions. Kreissparkasse Biberach a monté sa participation à 10,9%, contre 7,7% précédemment, dans le cadre d’une augmentation de capital.

La caisse d’épargne allemande a acquis 164’000 nouvelles actions par le bais d’un emprunt convertible obligatoire et s’est emparée directement de 11’000 titres supplémentaires, indique lundi Peach Property, spécialisé dans l’investissement immobilier outre-Rhin. La société ne prévoit aucune autre opération de financement.

Le montant engrangé grâce à l’augmentation de capital, dont la finalisation est attendue pour la fin de l’année, doit permettre à la société zurichoise de procéder à l’acquisition, déjà annoncée, de 3650 appartements en Allemagne. L’opération doit permettre de renforcer le portefeuille de Peach Property à 12’450 logements (+40%) pour une valeur de 1,1 milliard de francs.

D’ici la fin de l’année, la valeur nette d’inventaire par action devrait atteindre 39 francs, en comptant l’effet de dilution lié à l’augmentation de capital (non dilué 45 francs), précise le communiqué.

L’emprunt susmentionné présente un montant de 5,4 millions de francs, avec une échéance au 14 avril 2020. Le prix de conversion s’élève à 33,04 francs, basé sur le cours moyen pondéré à 30 jours. A 11h56, le titre Peach Property prenait 1,6% à 32,40 francs, dans un SPI en recul de 1,10%.

Le directeur général de l’entreprise Thomas Wolfensberger était jusqu’ici le principal actionnaire de Peach Property. Lors de la dernière annonce faite en octobre 2018, donc avant l’augmentation de capital, il détenait 14,94% du capital.

En comparaison à d’autres sociétés immobilières, Peach Property présente un niveau d’endettement élevée, affirme la Banque cantonale de Zurich dans un commentaire. L’augmentation de capital n’apparait dès lors pas comme une surprise. La valorisation du titre demeure correcte.

A lire aussi...