Peach Property a augmenté son bénéfice net en 2018

AWP

1 minutes de lecture

Le groupe basé à Zurich et spécialisé dans les logements luxueux en Allemagne a confirmé son objectif à moyen terme d’entretenir un parc de 11’000 logements, contre 8400 à fin décembre.

Peach Property revendique mardi avoir réalisé le meilleur résultat de son histoire en 2018. La société immobilière a dégagé un bénéfice net de 45,3 millions de francs, en hausse de près de 8%, et des revenus locatifs de 30 millions (+82%).

Le groupe basé à Zurich et spécialisé dans les logements luxueux en Allemagne a confirmé son objectif à moyen terme d’entretenir un parc de 11’000 logements, contre 8400 à fin décembre (+50% sur un an).

Ce but sera atteint en 2019 ou 2020 et permettra de gonfler la valeur du portefeuille à plus d’un milliard de francs, contre environ 700 millions à fin 2018, a précisé devant les médias et les analystes son directeur Thomas Wolfensberger.

Ce faisant, Peach Property s’attend pour l’année en cours à une «forte augmentation» de ses revenus locatifs. Il entend par ailleurs améliorer son efficacité opérationnelle. Le groupe restera quasi exclusivement concentré sur les affaires outre-Rhin, sans velléité aucune en Suisse.

Le bénéfice net 2018, bien que record, a été un peu inférieur aux prévisions des deux analystes consultés par AWP. Des effets de change négatifs à hauteur de 4,5 millions se sont fait sentir. Les recettes de loyer se sont situées pile dans les attentes.

Dans son communiqué, Peach Property a annoncé une hausse de 16% à 301 millions de francs de ses fonds propres en 2018. Le taux de vacance a pu être réduit de 17% à 13,6% lors de l’exercice sous revue. Depuis le début 2019, le groupe a encore acquis 1800 logements outre-Rhin.

Thomas Wolfensberger a estimé que 2018 avait marqué un «jalon important» dans la stratégie de croissance et qu’il fallait poursuivre dans la même veine. Aucun dividende n’est versé. Les bénéfices sont entièrement investis dans l’extension du parc. Mais une rémunération des actionnaires n’est pas exclue à l’avenir.