Allreal a bien résisté à la crise au premier semestre

AWP

1 minutes de lecture

La prestation totale - revenus locatifs et volume de projets dans l’entreprise générale - est resté quasiment stable en rythme annuel (-0,7%) à 278,7 millions de francs.

Le groupe immobilier Allreal a été confronté à des difficultés inhabituelles au premier semestre du fait de la crise de COVID-19, mais est parvenu à dégager une performance proche de l’équilibre et table sur un «bon résultat» sur l’ensemble de l’exercice.

La prestation totale - revenus locatifs et volume de projets dans l’entreprise générale - est resté quasiment stable en rythme annuel (-0,7%) à 278,7 millions de francs, indique la société zougoise mercredi dans un communiqué. Les revenus locatifs se sont maintenus de justesse au-dessus de la barre des 100 millions (-1,8%).

Sur le plan opérationnel, le résultat avant intérêts et impôts (Ebit) accuse un repli de 6,8% à 113,8 millions de francs. Ajusté des effets de revalorisation de 27 millions, il est ressorti à 86,1 millions, soit 6,3% de moins qu’au premier semestre 2019.

Le bénéfice net - hors revalorisations - s’est quant à lui contracté de 6,5% à 63,0 millions, ce qui correspond à un rendement du capital de 6,4%, en recul de 40 points de base (pb).

Si les revenus locatifs se sont avérés en ligne avec les expectatives, la performance tant sur le plan opérationnel que net a dépassé les projections les plus optimistes des analystes consultés par AWP.

Pour la suite de l’exercice, la direction du groupe zougois se montre confiante. En raison des incertitudes liées à la crise sanitaire, elle ne s’aventure pas sur le terrain des objectifs chiffrés, tout en affirmant s’attendre à boucler 2020 sur un résultat inférieur à l’année record de 2019, mais supérieur à 2018.

A lire aussi...