Swiss Re met un terme aux pourparlers avec Softbank

AWP

1 minutes de lecture

Les discussions avaient pour objet une éventuelle prise de participations minoritaire du groupe nippon dans le réassureur.

Le réassureur Swiss Re a mis un terme aux pourparlers avec le conglomérat technologique japonais Softbank. Les discussions avaient pour objet une éventuelle prise de participations minoritaire du groupe nippon dans le réassureur, a rappelé ce dernier lundi.

Swiss Re souhaite continuer à mettre en oeuvre sa stratégie technologique en combinant des développements en interne et avec des partenaires extérieurs. Dans ce contexte, l’entreprise continuera d’explorer des possibilités d’activités entre ses unités opérationnelles et le portefeuille d’entreprises de Softbank, a précisé le groupe zurichois dans un communiqué.

Le réassureur s’est refusé à fournir plus de détails sur les possibles coopérations avec les différentes unités d’affaires du conglomérat japonais. Il est encore trop tôt, a déclaré une porte-parole de Swiss Re à AWP, sans pour autant donner les raisons de l’échec des discussions avec Softbank, se contentant d’indiquer que les deux parties n’étaient pas parvenues à un accord.

A la question de savoir si le réassureur cherchait un nouvel actionnaire de référence, elle a répondu que le groupe restait «ouvert» à d’autres partenariats.

Swiss Re s’intéressait au potentiel important de clients que représentent les firmes du conglomérat japonais, selon les déclarations en mai son nouveau directeur financier John Dacey. Ce dernier avait en outre indiqué que des pourparlers étaient également menés en direct avec ces entreprises, afin de pouvoir leur proposer des solutions de gestion du risque ou des prestations d’assurance.

UNE DÉCEPTION MAIS SANS SURPRISE

Début mai, plusieurs médias avaient révélé que les négociations étaient sur le point d’être interrompues, au motif que l’intérêt de Softbank, principalement pour les grandes quantité de données de Swiss Re, aurait diminué.

Connues depuis février, les discussions autour d’un partenariat esquissaient au départ une prise de participation de Softbank à hauteur d’un tiers, puis d’un quart dans Swiss Re. Début avril, le réassureur avait indiqué en préambule de sa journée des investisseurs que la participation du groupe nippon ne devrait pas dépasser la barre des 10% du capital-actions.

Pour la plupart des analystes, la fin des discussions avec Softbank n’est pas une surprise, même si elle est décevante. La Banque cantonale de Zurich (ZKB) salue quant à elle le fait que Swiss Re souhaite poursuivre le développement de ses idées technologiques en collaboration avec les sociétés de Softbank. Cela lui permettra de profiter de leur savoir-faire, notamment dans le secteur des télécommunications et des médias.

A la Bourse, l’action Swiss Re a terminé sur un gain de 0,4% à 91,02 francs, dans un SMI en haiusse de 0,19%.

A lire aussi...