Moody’s abaisse les perspectives de note de Credit Suisse à «négatives»

AWP

1 minutes de lecture

Après S&P, Moody’s réagit aux déboires de la banque concernant les fonds liés à la société d’investissement britannique en faillite Greensill et du fonds spéculatif américain Archegos.

L’agence de notation Moody’s a abaissé d’un cran à «négatives» les perspectives de note de Credit Suisse, suite aux déboires de la banque concernant les fonds liés à la société d’investissement britannique en faillite Greensill et du fonds spéculatif américain Archegos Capital Management.

Les notes de dette ont été confirmées à «Baa1» pour le groupe Credit Suisse et à «Aa3» pour sa principale filiale Credit Suisse AG, a précisé Moody’s mercredi dans un communiqué.

Les analystes ont expliqué l’abaissement de la perspective de notes par «les signes d’un appétit au risque plus important qu’anticipé ou des déficiences éventuelles dans la gestion du risque, l’audit, la conformité ou les processus de contrôle de la gouvernance».

Cette évaluation est renforcée par le risque d’une perte importante au premier trimestre provoquée par le naufrage du fonds spéculatif américain Archegos, qui vient s’ajouter aux problèmes liés à Greensill. La banque zurichoise avait averti dans son rapport annuel qu’elle pourrait faire face à des coûts et subir une perte non précisées dans le cadre de la dissolution des fonds en difficultés.

Ces deux dossiers pourraient avoir un impact sur les fonds propres du groupe et sur la réputation de l’établissement avec des risques de défection de clients, a averti Moody’s. Ce dernier a cependant averti qu’à ce stade les conséquences de ces affaires sur les finances et la réputation de la banque «ne sont pas claires».

L’enquête sur ces affaires et leur résolution vont cependant «consommer une partie importante des ressources de la banque» et largement occuper la direction du groupe, a poursuivi Moody’s.

La veille, Standard & Poor’s avait également abaissé les perspectives de note à «négatives», de «stables» précédemment, suite à l’annonce par la banque d’une possible importante perte au 1er trimestre.

Lundi, Credit Suisse a dévoilé qu’elle pourrait connaître une perte «très importante et matérielle pour (ses) résultats du premier trimestre». Un fonds spéculatif américain a fait défaut la semaine dernière. La banque aux deux voiles et d’autres «sont en train de sortir de ces positions» liées à cette structure, identifiée comme étant Archegos Capital Management. La banque juge prématuré de quantifier la perte et donnera plus de détails «en temps voulu».

Le numéro deux bancaire suisse est déjà pris dans la tourmente Greensill, du nom de la société d’investissement britannique en faillite. Il a déjà averti dans son rapport annuel qu’il pourrait faire face à des charges et subir une perte non précisées dans le cadre de la dissolution des fonds en difficultés.

Mi-mars, il annonçait qu’il allait commencer le remboursement des quelque 10 milliards de dollars (9,3 milliards de francs) investis dans ces quatre véhicules de placement nommés «Supply Chain Finance Funds» (SCFF). L’affaire pourrait aussi aller sur le terrain judiciaire. La banque pourrait faire face à une plainte collective d’investisseurs.

A la Bourse suisse, l’action Credit Suisse continuait à être malmenée. La nominative a bouclé la séance en chute de 4,9% à 9,9 francs, loin de son plus haut de l’année à 13,50 francs. L’indice vedette SMI a lui abandonné 0,67%.

A lire aussi...