Credit Suisse règle l’affaire aux USA en payant 600 millions de dollars

AWP

1 minutes de lecture

Le numéro deux bancaire helvétique a réglé une affaire de titres adossés à des créances hypothécaires américaines (RMBS).

Credit Suisse a mis derrière elle l’un des plus importants litiges en cours. Le numéro deux bancaire helvétique a réglé une affaire de titres adossés à des créances hypothécaires américaines (RMBS) en versant 600 millions de dollars (534 millions de francs) à MBIA, un rehausseur de crédits avec qui il était en désaccord. Le cas remonte à 2009.

«Nous sommes heureux d’avoir réglé cette vieille affaire», a déclaré vendredi une porte-parole de Credit Suisse. La grande banque souligne que le règlement de 600 millions de dollars est inférieur aux 680 millions réclamés précédemment. Le géant zurichois avait provisionné suffisamment d’argent pour s’acquitter de cette compensation financière.

En début d’année, Credit Suisse a annoncé la constitution de nouvelles provisions à hauteur de 850 millions de dollars pour l’affaire MBIA mais également d’autres cas liés aux RMBS. Ces réserves, additionnés à une dépréciation de 450 millions sur la participation dans York Capital, ont fait plonger le groupe dans le rouge au quatrième trimestre 2020.

Les RMBS sont des instruments financiers adossés à des créances hypothécaires accusés d’avoir largement contribué à l’éclatement de la crise financière de 2008-2009. De nombreuses banques ont été accusées d’avoir induit leurs clients en erreur en leur recommandant ces instruments financiers basés sur des crédits de mauvaise qualité. Lorsque le marché immobilier s’est effondré, les investisseurs ayant placé leur argent dans ces titres ont subi des pertes importantes.

En place depuis une année presque jour pour jour, Thomas Gottstein, directeur général de Credit Suisse, a indiqué récemment vouloir régler le plus rapidement possible les affaires héritées du passé et ainsi effacer «l’ardoise» du groupe bancaire.

A la Bourse de Zurich, Credit Suisse a clôturé en rebond de 0,2% à 12,32 francs, dans un SMI en hausse de 0,25%.

A lire aussi...