Banco Santander: l'intégration de Banco Popular pèse sur le bénéfice

AWP

1 minutes de lecture

La banque espagnole dirigée par Ana Botin, a également souffert de mouvements significatifs sur les devises de certains marchés.

L’espagnole Banco Santander a annoncé mercredi un recul de son bénéfice net de 3% au deuxième trimestre, en raison des coûts d’intégration de sa compatriote Banco Popular rachetée en juin 2017 et de l’impact des taux de change.

A 1,69 milliard d’euros, le résultat net est toutefois conforme aux attentes des analystes interrogés par le fournisseur d’informations financières Factset.

La banque explique avoir souffert de frais exceptionnels de 300 millions d’euros liés à l’intégration de Banco Popular, ancienne sixième banque espagnole jugée au bord de la faillite au printemps dernier et rachetée pour 1 euro dans le cadre d’un nouveau mécanisme d’intervention de la Banque centrale européenne (BCE), qui a évité un sauvetage avec de l’argent public.

Santander, très présente au Brésil et au Royaume-Uni, a également souffert de «mouvements significatifs sur les devises de certains marchés», précise dans le communiqué la présidente Ana Botin.

Sur l’ensemble du premier semestre, le bénéfice net atteint 3,7 milliards d’euros, en hausse de 4% par rapport à la même période l’année précédente.

Au Royaume-Uni, autrefois premier marché de Santander détrôné par le Brésil depuis le Brexit, les profits ont chuté de 14% sur un an au cours du premier semestre. La banque explique y voir ses marges «sous pression» dans un environnement de «forte concurrence», où persistent les «incertitudes» liées à la sortie de l’Union européenne.

A la fin du premier semestre, le Brésil reste le premier marché de la banque avec 26% du bénéfice, suivi de l’Espagne (15%) et du Royaume-Uni (14%).

A lire aussi...