Banco Santander publie un résultat inférieur aux attentes

AWP

1 minutes de lecture

La première banque espagnole Banco Santander a publié mercredi un bénéfice net en hausse de 7% pour 2017, à 6,6 milliards d’euros.

La première banque espagnole Banco Santander, également première de la zone euro en termes de capitalisation, a publié mercredi un bénéfice net en hausse de 7% pour 2017, à 6,6 milliards d’euros, tiré par le dynamisme du Brésil malgré un recul au Royaume-Uni.

Ce résultat est très légèrement inférieur aux attentes des analystes interrogés par le fournisseur d’informations financières Factset, qui tablaient en moyenne sur 6,7 milliards d’euros.

Le produit net bancaire, équivalent du chiffre d’affaires, a progressé de 10% à près de 34,3 milliards d’euros.

Le groupe affirme dans un communiqué «avoir rempli tous ses objectifs stratégiques pour 2017 et réitère ses objectifs pour 2018».

La croissance du bénéfice a été particulièrement tirée par le Brésil, où les profits ont grimpé de 42% (+34% à taux de change constant), et par l’Amérique latine en général.

En revanche, les bénéfices ont plongé au Royaume-Uni (-9%), toujours affecté par la dévaluation de la livre provoquée par les craintes liées au Brexit et aux Etats-Unis (-8%) «en partie en raison de l’impact des ouragans à Dallas, en Floride et à Puerto Rico», explique la banque.

Sur l’année, le Brésil consolide sa place de premier pourvoyeur de bénéfices du groupe, acquise en 2016, avec 26% du résultat net total, contre 16% pour le Royaume-Uni, longtemps premier marché et 15% pour l’Espagne.

Au quatrième trimestre, le groupe a néanmoins vu son bénéfice net reculer de 4% à 1,5 milliard d’euros, après avoir dû provisionner 752 millions d’euros, «principalement en raison de la révision de la valeur de la participation du groupe dans Santander Consumer USA», sa filiale américaine.

Sur l’ensemble de l’année, Santander a encaissé près de 1,3 milliard d’euros de coûts exceptionnels. Outre les provisions aux Etats-Unis, l’intégration de Banco Popular, rachetée en juin, a coûté 300 millions d’euros.

Le taux de fonds propres durs, qui mesure la solidité financière de la banque, a progressé à 10,84% contre 10,5% fin décembre 2016.

Le taux de créances douteuses, soit la proportion de crédits risquant de ne pas être remboursés, augmente légèrement à 4,08% contre 3,93% un an auparavant.

Le nombre de clients dont le compte principal est chez Santander, très important pour la banque, a augmenté de 13% à 17,3 millions (hors Popular).

L’année 2017 a été marquée par le rachat en urgence de Banco Popular, l’ancienne sixième banque espagnole, acquise pour un euro symbolique dans la nuit du 6 au 7 juin.

L’opération, déclenchée en quelques heures alors que Banco Popular était jugée au bord de la faillite, a eu lieu dans le cadre d’un nouveau mécanisme d’intervention de la Banque centrale européenne (BCE), qui a évité un sauvetage avec de l’argent public.

Pour renforcer sa solidité financière dans le cadre de cette acquisition, Santander a réalisé en juillet une augmentation de capital de 7 milliards d’euros. Mi-décembre, le groupe a annoncé la suppression de 1.100 postes dans le cadre de la restructuration liée au rachat de Popular, principalement à travers des pré-retraites.